Ligne Bordeaux-Toulouse : tous rassurés

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les responsables de la région Midi-Pyrénées, de la Haute-Garonne et du Grand Toulouse se sont déclarés mardi "rassurés" sur le projet de Ligne Grande vitesse Tours-Bordeaux-Toulouse, à l'issue d'une réunion à Paris avec le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier.


Le ministre "nous a rassurés sur l'avancement du projet de la Ligne Grande vitesse Tours-Bordeaux-Toulouse", ont indiqué dans un communiqué commun Martin Malvy (Région), Pierre Izard (département) et Pierre Cohen (communauté urbaine).

Selon eux, une enquête d'utilité publique pourra être engagée à l'été 2013, avec "la déclaration d'utilité publique en 2014".

Par ailleurs, ont-ils ajouté, une commission spécifique composée de parlementaires et de personnalités qualifiées sera créée pour "examiner l'intérêt de tous les projets inscrits dans le schéma national des infrastructures". Elle rendra son avis au début 2013.

M. Cuvillier avait prévenu en juillet que le gouvernement devrait "élaguer" dans les projets d'infrastructures de transport annoncés par le gouvernement précédent, des propos qui avaient alarmé en Midi-Pyrénées les partisans d'une future LGV Bordeaux-Toulouse.

Récemment en visite dans le Tarn, il avait rappelé les contraintes budgétaires de l'Etat et la nécessité de hiérarchiser les projets.

Lors de la réunion de mardi, MM. Malvy, Izard et Cohen lui ont rappelé l'importance d'une desserte de la quatrième ville de France et de la région Midi-Pyrénées par la LGV "à l'horizon 2020". Cette ligne mettrait Toulouse à un peu plus de trois heures de train de Paris, contre cinq heures vingt aujourd'hui.

Ils ont par ailleurs souligné, selon le communiqué, que la Ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux-Toulouse constituait "un seul et même projet" et que sa rentabilité économique était "supérieure à de nombreux autres projets français".

Le premier coup de pioche de Bordeaux-Toulouse, prolongement de Tours-Bordeaux, devait être donné à l'origine en 2017. Les collectivités de Midi-Pyrénées ont accepté de payer pour Tours-Bordeaux uniquement pour que la ligne soit ensuite prolongée vers Toulouse.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles