Lille inaugure son réseau de vélos en libre-service

La Rédaction

Sujets relatifs :

V'Lille est né ! D'ici à la fin du mois d'octobre, 1100 vélos seront disponibles en libre service dans 110 stations à Lille et deux communes de sa banlieue, ainsi que 3000 bicyclettes en location longue durée.
A l'horizon 2014, le V'Lille comptera 10 000 bicyclettes dans la métropole lilloise (2000 vélos en libre-service sur 210 stations, ainsi que 8000 en longue durée), soit la deuxième flotte après Paris.
Martine Aubry, présidente de la communauté urbaine de Lille, a vanté le V'Lille comme « une révolution » dans la métropole, un « élément majeur de la mobilité », soulignant son intégration à l'ensemble de l'offre de transports publics. Il compte pour l'heure 1800 abonnés en libre service et 400 en longue durée, a précisé la maire de Lille.
Pour les vélos en libre-service, les tarifs sont d'1,40 euros par jour, 7 euros par semaine, et 36 euros pour l'année, ou 24 euros pour les abonnés du réseau de transports en commun Transpole. La première demi-heure est gratuite, la demi-heure supplémentaire est facturée 1 euro.
En longue durée, les tarifs iront de 5 euros pour un mois à 36 euros pour l'année avec réduction pour les abonnés Transpole. Sacoches, sièges bébés seront proposés à la location. La communauté urbaine versera pour ce service 6,8 millions d'euros par an à Transpole, délégataire de service public.
Source : La Quotidienne

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles