Logements sociaux : quand le préfet veut forcer le passage

Stéphane Menu

Sujets relatifs :

, ,
Logements sociaux : quand le préfet veut forcer le passage

bouches_du_rhone

© Graphithèque

Certaines lois ont un aspect Ovni : votées mais… inappliquées ! C’est le cas de la loi SRU prolongée par la loi Alur : alors que les préfets peuvent prendre la main sur le foncier face à des maires qui ne veulent pas entendre parler de logements sociaux, peu – voire aucun – ne franchissent le pas. Stéphane Bouillon, préfet des Bouches-du-Rhône, annonce pourtant un changement de pied. Chiche ?

La loi Solidarité et renouvellement urbain de décembre 2000 a fixé l’exigence minimale de mixité dans l’habitat à 20 % de logement social, obligeant les communes à rattraper leur retard. Cette loi a été renforcée le 24 mars 2014 par une autre, dénommée Alur (Accès au logement et à un urbanisme rénové), étendant à 25 % le seuil de logements sociaux à l’horizon de 2025 dans les zones urbaines tendues.

La loi autorise cette substitution aux maires défaillants. Reste à savoir si le préfet ira jusqu’au bout.

Dans le département des Bouches-du-Rhône, 42 communes sont « carencées », loin des objectifs légaux. Le préfet Stéphane Bouillon a rencontré les maires concernés pour écouter leurs doléances, certains assurant que les conditions écologiques et foncières de leur territoire les empêchent d’aller à un rythme aussi poussé que les autorités d’État le souhaiteraient. Puis le préfet a tranché, en signant par exemple un contrat de mixité sociale avec la commune de Lançon-de-Provence.

Lire aussi : Logements sociaux : les communes carencées sont-elles excusables ?

Des arrêtés et des faits

Ce plan d’actions permettra à la commune de construire entre 2014 et 2019, 850 nouveaux logements dont 414 logements sociaux. Conséquence : alors que la commune affiche aujourd’hui un piètre 1,4 % de parc social, sa trajectoire de rattrapage, dessinée avec l’État, lui permettra d’atteindre pile poil les 25 % en 2025. Le même contrat a été signé le 4 mars avec Châteaurenard, permettant à la ville de rectifier le tir avant 2019 en construisant 260 logements sociaux.

Dans le même temps, le préfet annoncera les noms de trois communes contre lesquelles des arrêtés seront pris : Mimet, Éguilles et  Plan-de-Cuques sont dans le viseur. Ces arrêtés lui permettront de « préempter le foncier nécessaire à la réalisation de logements sociaux », voire même de délivrer des permis de construire.

La loi autorise cette substitution aux maires défaillants. Reste à savoir si le préfet ira jusqu’au bout d’une démarche coercitive à laquelle ses homologues ont rarement recouru jusqu’à ce jour.

Lire aussi : Vers une obligation de logement social plus vraiment obligatoire

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Plus que quelques mois pour apliquer les 1607 heurs effectives. L'État affiche sa fermeté, les collectivités cherchent des solutions… ou des échappatoires.Avec une date butoir fixée au 1er janvier prochain pour le « retour »...

22/10/2021 | Statut
Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Plus d'articles