abonné

Loi de finances : « nous aurions préféré un petit matin serein à un « grand soir » porteur de dangers »

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

, ,
Loi de finances : « nous aurions préféré un petit matin serein à un « grand soir » porteur de dangers »

532-philippe laporte-paysage

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

L’examen du projet de loi de finances pour 2020, présenté le 26 septembre au comité des finances locales, va commencer. Pour l’Association des administrateurs territoriaux, les mesures fortes qu’il comporte risquent de déstabiliser le monde local. Analyse et propositions des administrateurs par la voix de leur secrétaire général, Philippe Laporte.

Le PLF 2020 semble marquer certains grands changements, particulièrement en matière de fiscalité locale…

Il faut reconnaître au texte une certaine cohérence et la volonté d’avancer sur certains sujets. Il s’agit de proposer des mécanismes permettant de tenir certaines promesses, particulièrement celle de la suppression de la TH. Mais pas plus… En effet, il n’y a pas eu de réflexion globale vraiment[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles