Maïs OGM : le Conseil d'Etat reste sur sa position

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les arguments soulevés par deux exploitations agricoles n'auront pas suffi à convaincre le Conseil d'Etat qui a rejeté leur référé suspension, réitérant ainsi l'interdiction de la culture du maïs OGM en France prononcée par l'arrêté du 16 mars dernier.

A en croire les exploitants, l'arrêté leur causait un « préjudice économique grave et immédiat » en interdisant la culture du maïs OGM 810 ». Par ailleurs, ils invoquaient l'idée selon laquelle cette interdiction avait pour conséquence de favoriser « indirectement l'utilisation de traitement insecticides » et ainsi de porter « une atteinte grave et immédiate à la santé humaine et à l'environnement ».
Des arguments écartés par le Conseil d'Etat, ce dernier estimant au contraire que la suspension de l'arrêté « mettrait en péril l'intérêt immédiat de la filière apicole et plus largement la préservation de l'environnement ».
Mais l'Association générale des producteurs de maïs envisage déjà de déposer un recours légal contre l'arrêté, devant la Cour de Cassation.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

Même le Conseil constitutionnel le dit, les 1607h c’est pour tout le monde. Question d’équité. Mais si, derrière ces grands principes, se cachait davantage de subtilité ? Peut-être pas jusqu’à rouvrir le débat, quoi que…Fin...

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

Plus d'articles