abonné

Management : pourquoi ce n’est pas toujours bon de se mettre à la place de l’autre

Jean-Luc Mermet

Sujets relatifs :

, ,
Management : pourquoi ce n’est pas toujours bon de se mettre à la place de l’autre

Man and Woman with Working Brain

© T. L. Furrer

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Tenter de gérer ce qu’il se passe dans la tête de notre interlocuteur est une habitude quotidienne qui consomme une énergie folle et entrave la plupart de nos positionnements. Et si nous arrêtions désormais de penser pour l’autre ?

« Je suis sûr que ce collaborateur fait exprès de traîner à me donner les informations, pour m’empêcher de faire avancer ce dossier ! ». « Je ne peux pas dire à ma collaboratrice que son travail est mal fait, elle va encore s’effondrer ». « Demander cette réorganisation au DGS ? Même pas la peine d’y penser, de toute façon il dira non ! ». Tenter de gérer ce qu’il se passe dans la tête de notre interlocuteur est une habitude quotidienne qui nous consomme une énergie folle et entrave la plupart de nos[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles