Marseille Provence Métropole exige la disparition du « fini-parti »

La Rédaction

Sujets relatifs :

Empruntant le nom de « fini-parti », le fonctionnement qui consiste à quitter le travail à la fin de la tournée de collecte des déchets, qui était jusqu'alors toléré, va devoir laisser place à une organisation plus équilibrée des missions relevant des éboueurs marseillais. La communauté urbaine de Marseille (MPM), sensible aux arguments donnés par la commission propreté nommée il y a quelques semaines pour étudier les pistes d'amélioration de gestion de la collecte et du nettoiement, vient effectivement de déclarer la limitation du « fini-parti » pour le voir ensuite totalement disparaître. Plusieurs mesures interviendront à tour de rôle et toucheront des publics différents.
Tout d'abord, la suppression de cette « coutume » concernera les agents de maîtrise puis les rippeurs (agents chargés de la collecte). Par ailleurs, les tournées seront allongées et contrôlées, par le biais d'un GPS et d'un chronotachygraphe installé sur les bennes. Des changements sont également à prévoir d'un point de vue statutaire (non remplacement des rippeurs partant à la retraite, suppression de la possibilité pour les cantonniers de devenir rippeurs, etc). Des mesures qui vont donc bien au-delà de l'unique préoccupation de la propreté des rues marseillaises.
Source : La Quotidienne

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles