Dossiers

Martial Reheisser : « Le digital doit faire partie intégrante de la communication »

Franck Plasse
Martial Reheisser : « Le digital doit faire partie intégrante de la communication »

martial_reheisser

Martial Reheisser, Directeur de la communication au conseil départemental du Haut-Rhin, nous livre son avis d'expert sur les enjeux de l'évolution de la communication.

Quels sont les nouveaux enjeux auxquels un service communication est confronté aujourd’hui ?

Avec l’avènement du web, notre société se transforme. Les services de communication sont souvent dans nos collectivités à l’avant-garde de ce mouvement de fond. Grâce à Internet, chaque individu est un communicant en puissance. Ces observations peuvent être faites également à l’intérieur de nos organisations. Fort de ces constats, je considère le digital comme l’enjeu majeur des services communication.

Le digital doit en faire partie intégrante. Il doit être pris en compte sur le plan opérationnel mais surtout managérial et organisationnel. J’ai la conviction que le digital est également un formidable moyen pour répondre à des contraintes fortes de réductions budgétaires.

Comment réussir cette transformation digitale ?

Ce sont les individus qui sont les initiateurs, les accélérateurs des changements. Il est donc essentiel d’acculturer avant tout nos équipes au digital. Il faut rendre possible dans le champ professionnel ce qui peut l’être dans le champ personnel et d’importer en quelque sorte des savoir-être et savoir-faire du salon vers le bureau. Un cadre utilise les réseaux sociaux dans sa vie privée et a souvent de vraies expertises et compétences dans le domaine du digital. « L’e-révolution » peut se faire progressivement.

L’important est de l’enclencher. Le conseil départemental du Haut-Rhin m’a permis de développer une plateforme collaborative.

Pour un chargé de communication, pour l’attaché de presse, pour le photographe, concevoir, administrer, animer un site Internet, un compte Facebook est aujourd’hui une pratique quotidienne.

C’est comme cela que nous avons posé le premier étage de la fusée. Cet espace de travail dématérialisé fonctionne véritablement comme un réseau social interne à la direction de la communication et à d’autres services associés. L’espace de travail est décloisonné. La coproduction se fait naturellement, quel que soit le lieu ou le moment de la journée. La culture digitale s’est progressivement installée. Les autres étages de la fusée ont suivi depuis. Pour un chargé de communication, pour l’attaché de presse, pour le photographe, concevoir, administrer, animer un site Internet, un compte Facebook est aujourd’hui une pratique quotidienne.

En quoi le numérique change-t-il les services communications ?

Il y a deux constances dans nos métiers : la rédaction, la créativité. Cela se vérifie encore plus avec l’avènement du digital. Deux grandes fonctions se font jour, d’un côté la fonction « contenus » autour des chargés de communication, attachés de presse, web journalistes, etc. et de l’autre la fonction « supports » qui réunit les graphistes, webdesigners, photographes, l’administration…

Avec le digital, le service communication devient une pierre angulaire de la transversalité.

Ainsi, au sein de notre direction, les postes de journalistes n’existent plus. Ils ont été transformés en postes de chargés de communication, responsables de grandes thématiques en lien avec les compétences de la collectivité : mobilités, solidarités, éducation… Ils poursuivent leur travail rédactionnel mais ils sont aussi et surtout en capacité de développer et d’utiliser tous les outils à leur disposition : l’édition, l’événementiel, l’achat d’espaces, Internet, les relations publiques. Ce sont de véritables « ingénieurs de communication ». La place du service communication change aussi au sein de la collectivité. Avec le digital, il devient une pierre angulaire de la transversalité. Le digital offre des perspectives extraordinaires pour les services de communication dans les organisations territoriales de demain. Grâce au digital, le mot communication continuera ainsi à résonner avec information et promotion mais surtout avec relation.

On retourne en quelque sorte à la source de l’acte de communiquer, du latin « communicare »… partager, mettre en commun.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Faut-il fixer des objectifs ou demander des résultats ?

Faut-il fixer des objectifs ou demander des résultats ?

Fixer ou se fixer des objectifs est une pratique managériale ultra-courante dans toutes les organisations de travail. Mais ne travailler que par objectifs, c’est souvent réduire sa vue à ce qu’il faut atteindre, sans voir les...

Espace d’expression réservé à l’opposition : tous les supports de communication sont-ils concernés ?

Espace d’expression réservé à l’opposition : tous les supports de communication sont-ils concernés ?

Hervé Coudière : gérer son temps pour privilégier l’essentiel

Hervé Coudière : gérer son temps pour privilégier l’essentiel

Réussir ses conf calls

Réussir ses conf calls

Plus d'articles