Moderniser les politiques de lecture publique

Bertille Détrie

Sujets relatifs :

, ,
Moderniser les politiques de lecture publique

DOSS_AdobeStock_145359727

La question des horaires d'ouverture des médiathèques, mis sur le devant de la scène par le rapport Orsenna, est au cœur de la modernisation des politiques de lecture publique menées actuellement dans les territoires, que seuls un portage politique fort, une révision du cadre réglementaire et un véritable accompagnement managérial pourront parachever.

Mieux ouvrir les bibliothèques pour mieux répondre à leurs nouvelles missions. Loin d’être un simple effet d’annonce, la question des horaires d’ouverture des médiathèques met en lumière la mue que ces établissements culturels de premier ordre sont en train d’accomplir à l’échelle de leur territoire.

Un enjeu local devenu national

Cette question a commencé à occuper le terrain des politiques culturelles il y a une dizaine d’années, en lien avec la réflexion sur l’adaptation des services publics au rythme des usagers. La dynamique est lancée en 2010 par Tempo territorial ((Association réunissant l’ensemble des acteurs des politiques temporelles, http://tempoterritorial.fr)) dont les différentes études attestaient, dans un contexte de stagnation de la fréquentation des médiathèques, des effets positifs de leur ouverture le dimanche.

Lire aussi : Une mission chargée de réfléchir à l'ouverture des bibliothèques le week-end

En novembre 2015, Sylvie Robert, sénatrice d’Ille-et-Vilaine, extrêmement engagée sur ce terrain, ira plus loin dans un rapport ministériel en proposant une adaptation des horaires en fonction des rythmes de vie propres à la collectivité, faisant du dimanche une simple « modalité, parmi d’autres, de l’adaptation des bibliothèques à leur environnement ».

Les bibliothèques territoriales se définissent désormais par rapport aux services de proximité qu'elles peuvent offrir à la population

Il ne s’agit plus d’ouvrir plus mais d’ouvrir mieux. En faisant de l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques une des promesses culturelles de sa campagne, Emmanuel Macron l’a définitivement rendue médiatique, s’appuyant sur la personnalité d’Erik Orsenna à qui il a commandité, avec Noël Corbin, inspecteur général des affaires culturelles, un rapport basé sur un tour de France des pratiques en la matière ((« Voyage au pays des bibliothèques, lire aujourd’hui, lire demain », février 2018.)).

Des missions en mutation : proximité et accessibilité
au plus grand nombre

Les bibliothèques territoriales, en cherchant à mieux répondre aux enjeux sociétaux et numériques, évoluent dans leur mission et se définissent désormais par rapport aux services de proximité qu’elles peuvent offrir à la population. Qu’elles cherchent à devenir des troisièmes lieux (entre la maison et le bureau) voire des quatrièmes lieux (espace de proximité participant aux enjeux démocratiques), elles ne sont plus simplement des lieux de prêt.

La question des horaires des médiathèques n’est pas qu’une question de dimanche, là où le dialogue social
se focalise logiquement sur cette mesure

Elles sont des lieux qui participent à la vie de la collectivité dont les horaires d’ouverture doivent être pensés à l’échelle d’un bassin de vie, en fonction des usages et des attentes des habitants et du territoire, notamment en soirée et le week-end. Comparées à certains modèles étrangers (84 heures d’ouverture pour la bibliothèque d’Amsterdam), les amplitudes horaires des bibliothèques des moyennes et grandes collectivités en France sont peu élevées (40 à 50 heures en moyenne).

Un enjeu de territoire, avant tout

Ainsi, même si le rapport Orsenna fait de l’extension des horaires d’ouverture un enjeu national, il propose une forme de territorialisation bienvenue en rappelant que les changements à l’œuvre dans les politiques de lecture publique ne doivent pas être descendants mais s’adapter finement aux contextes de chaque collectivité et aux attentes de leurs citoyens. C’est pourquoi, la question des horaires des médiathèques n’est pas qu’une question de dimanche, là où le dialogue social se focalise logiquement sur cette mesure.

L'ouverture le dimanche est surtout intéressante lorsque l'on veut faire de la bibliothèque une sortie culturelle familiale

Beaucoup d’équipements font le choix d’ouvrir plus tardivement en soirée et de n’ouvrir qu’en après-midi ou même de proposer une offre 7 jours sur 7. C’est le cas, par exemple, de la médiathèque de Levallois-Perret. L’ouverture le dimanche est surtout intéressante lorsque l’on veut faire de la bibliothèque une sortie culturelle familiale.

Lire aussi : Les bibliothèques publiques face à la croissance du contenu numérique

Les préconisations du rapport Orsenna sont donc, à ce titre, assez larges avec les objectifs d’au moins une bibliothèque ouverte le dimanche dans les villes de plus de 100 000 habitants et une moyenne de 50 heures hebdomadaires dans les villes de plus de 100 000 habitants et 45 heures pour les villes entre 20 000 et 100 000 habitants.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Funérailles laïques, RIFSEEP, accueil des migrants, management combatif, niveau de la mer, loi Egalim… Retrouvez tous les articles parus dans notre numéro de mars de La Lettre du cadre...

14/10/2021 |
Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

La chasse aux mégots a commencé

La chasse aux mégots a commencé

La gentille préfète et le grand autoroutier

La gentille préfète et le grand autoroutier

Plus d'articles