Money made in China

La Rédaction

Sujets relatifs :

Faute de trouver des crédits à long terme pour financer ses investissements, la ville de Chartres va passer un accord avec la China Development Bank (CDB). Une première en France. « A moyen terme, nous avons plus de 750 M d'euros d'investissements prévus et au moins 350 d'ici à trois ans et nous n'arrivons plus à emprunter sur le long terme auprès de banques françaises », explique Frank Masselus, adjoint aux finances.
La CDB financerait la ville projet par projet : la station d'épuration (50 M¤), puis la construction d'un parc des expositions et de différents projets urbains. Outre les taux (confidentiels) proposés, l'intérêt de l'offre chinoise reposerait sur des engagements d'au moins 25 ou 30 ans, alors que l'offre bancaire française ne dépasse plus les 15 ans avec des taux supérieurs à 5 %. L'accord suppose que la ville trouve une banque relais française, la CDB ne souhaitant pas créer de structure en France. Dexia, Arkea, BPCE et Crédit agricole ont été sollicités.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles