Nos élites et internet

La Rédaction

Sujets relatifs :

Je vais vous offrir un florilège des critiques de l'outil internet d'une partie de nos élites françaises, une partie car il s'agit en fait des élites people, celles fréquentant assidument les médias.
Ces élites n'aiment pas du tout mais franchement pas du tout internet, le considérant comme une entité monstrueuse, à la limite du fascisme.
Ma réaction est d'autant plus critique que certaines déclarations, certaines visions d'internet émanent de personnalités qui ne sont pas exemptes de tout reproche ; à la limite, selon la position d'un certain philosophe (cf : avec Internet «n'importe quel abruti a voix au chapitre»), l'on peut alors penser qu'il conviendrait de limiter le droit de vote , le réserver aux personnes dites intelligentes ; hé la révolution française ne s'est pas faite qu'avec les seuls intellectuels de l'époque ! à travers toute cette avalanche de critiques nauséabondes, d'inepties, se dégage comme une impression de jalousie voire d'incompréhension voulue de l'utilité d'internet.
Par ailleurs, il faut savoir, messieurs, qu'internet n'échappe pas à la loi et est soumis au code pénal et qu'il est d'ailleurs assez aisé (hormis les hackers) de remonter et de retrouver les auteurs de délits.

Il est possible également que ces personnalités n'aient pas le courage de dire qu'ils incriminent en fait les internautes dans la mesure où ces internautes sont les mêmes individus qui achètent leurs livres, leurs journaux, vont voir leurs films, écoutent leurs émissions alors ils s'en prennent au réseau proprement dit.
Ils oublient, soit dit en passant, tous les bienfaits, culturels, scientifiques qu'internet a apporté à l'humanité...Ce n'est guère surprenant que cela gêne les stars du petit écran, média dont la qualité laisse parfois à désirer.
Maintenant je vous laisse le loisir, la patience de lire certains écrits : ils sont parfois consternants.
Patrick Sébastien : «Internet est une poubelle sans nom. (...) C'est un outil donné à la bassesse, à la lâcheté! Des anonymes se défoulent et se planquent derrière des pseudos pour balancer leurs opinions! Ils n'ont pas de couilles ! (...) Pendant la guerre on appelait ça des collabos... »
Amanda Lear, dans Voici, «C'est vrai qu'Internet ça me rend folle. Attendez, si je dis dans un magazine que Claire Chazal a les pieds plats, elle peut me faire un procès. Mais si j'écris sur Internet que le président de la République est un con, y'a pas de problème. C'est un espace de liberté mais à l'arrivée, ça devient n'importe quoi. Je vous le dis franchement, je rêve qu'on interdise ce truc!» ; (N.B : il est vrai que Voici est un magazine hautement recommandable !)
Patrick Ollier «Les .fr vont chercher des infos dans le caniveau.»
Nadine Morano : Ah, Internet, je déteste, c'est le temple des rumeurs et de la caricature.»
Jacques Séguéla : «Le Net est la plus grande saloperie qu'aient jamais inventée les hommes! C'est un dieu vivant! Car Internet permet à tous les hommes de communiquer avec les autres hommes. En quelques secondes, le Net peut détruire une réputation!»
Frédéric Beigbeder : «Le numérique me fait peur, Facebook, c'est le nouvel opium du peuple (...) Internet, c'est l'empire de la méchanceté, de la bêtise; n'importe quel abruti a droit au chapitre.»
Luc Ferry «C'est un excellent outil mais dangereux. Certains disent que c'est la liberté; pour moi, c'est davantage Vichy! Rien ne s'efface, j'ai un sentiment mitigé. L'anonymat permet toutes les horreurs.»
Mathilde Seigner,«Malheureusement, il y a cette machine qui s'appelle Internet qui est dramatique, qui est un drame de l'humanité. Je le pense.»
Jacques Myard, à l'Assemblée nationale, «J'espère que l'on va prendre conscience de la nécessité de nationaliser ce réseau.»
Martine Aubry, «Facebook et Twitter, j'ai horreur de ça...C'est typique de cette société où chacun pense à son nombril... Et puis tous ces faux amis... Ce n'est pas mon truc d'expliquer mes états d'âme (...) C'est typique de cette société où chacun pense à son nombril.»
Philippe Val, éditorial paru dans Charlie Hebdo «A part ceux qui ne l'utilisent (Internet) que pour bander, gagner en bourse et échanger du courrier électronique, qui est prêt à dépenser de l'argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs, qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, leurs haines, ou leurs obsessions. Internet, c'est la Kommandantur du monde ultra-libéral. C'est là où, sans preuve, anonymement, sous pseudonyme, on diffame, on fait naître des rumeurs, on dénonce sans aucun contrôle et en toute impunité. Vivre sous l'Occupation devait être un cauchemar. On pouvait se faire arrêter à tout moment sur dénonciation d'un voisin qui avait envoyé une lettre anonyme à la Gestapo. Internet offre à tous les collabos de la planète la jouissance impunie de faire payer aux autres leur impuissance et leur médiocrité. C'est la réalité inespérée d'un rêve pour toutes les dictatures de l'avenir.»
Laurent Joffrin, tribune dans Libération «Il faut rappeler que si le Net est un magnifique outil de diffusion, il ne produit rien.»
...etc...

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles