Nouvelle campagne sur la contraception d'urgence

La Rédaction

Sujets relatifs :

Cinq jours. C'est le délai maximum dont dispose une femme après un rapport sexuel pour éviter une grossesse non désirée. Quelle que soit la situation à risque : oubli de pilule, accident de préservatif, absence de contraception, il existe différentes méthodes de contraception d'urgence efficaces. Jusqu'au 17 juillet, le ministère en charge de la santé et l'Inpes lancent une campagne (à la radio et sur Internet) sur la contraception dite « de rattrapage » et ses délais.
D'après le Baromètre Santé 2010 de l'Inpes (données à paraître)48 % des dernières grossesses n'étaient pas planifiées chez les femmes de 18-24 ans. Le recours insuffisant à la contraception d'urgence est l'une des raisons qui peuvent expliquer ce pourcentage. En 2007, seulement une femme sur dix ayant eu recours à l'IVG avait utilisé la contraception d'urgence pour éviter la grossesse Neuf femmes sur dix ne mettent donc pas en place de stratégie de rattrapage à l'issue d'un rapport sexuel à risque.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles