ONU : pour un concept « sécurité de l'eau »

La Rédaction

Sujets relatifs :

Suite à la journée mondiale de l'eau, plusieurs spécialistes ont proposé que l'on définisse un concept de « sécurité de l'eau » et que, à l'instar du changement climatique, la question de l'accès à l'eau comme menace à la paix et à la sécurité internationales soit inscrite à l'ordre du jour du Conseil de sécurité.

Au cours d'une conférence de presse, au Siège de l'ONU à New York, M. Zafar Adeel, Directeur de l'Institut pour l'eau, l'environnement et la santé de l'Université des Nations Unies (UNU) a défini la « sécurité de l'eau » comme « la capacité d'une population de préserver l'accès durable à des quantités adéquates et à une qualité acceptable d'eau pour les moyens de subsistance, le bien-être et le développement socioéconomique, pour assurer la protection contre la pollution hydrique et les catastrophes liées à l'eau, et pour protéger des écosystèmes dans un climat de paix et de stabilité politique ».

Cette définition devra être examinée par le Groupe de travail de l'ONU qui est chargé de jeter les bases des objectifs de développement durable post 2015.

D'autres intervenants ont avancé trois recommandations principales : l'importance qu'il y a à inscrire le concept de « sécurité de l'eau » dans la formulation des objectifs de développement durable; la mise en place de mécanismes de financement novateurs pour assurer la « sécurité de l'eau » ; et le renforcement des capacités en matière de développement qu'elles soient humaines, institutionnelles, technologiques ou consultatives.

Par ailleurs, la définition de la sécurité de l'eau devra insister sur la « qualité de l'eau », autre enjeu du développement durable.

Une question a été posée : pourquoi, dans les pays en développement, les gens ont des téléphones portables mais pas de toilettes ? Il faudrait que l'industrie de l'assainissement trouve les moyens « de vendre moins cher ». De plus, « les toilettes nécessitent une communication différente » car le lien « assainissement » et « maladies » est peu intégré. Enfin, certains ont souligné qu'un portable peut avoir un retour sur investissement immédiat (un emploi par exemple) alors que pour les toilettes ... !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Plus que quelques mois pour apliquer les 1607 heurs effectives. L'État affiche sa fermeté, les collectivités cherchent des solutions… ou des échappatoires.Avec une date butoir fixée au 1er janvier prochain pour le « retour »...

22/10/2021 | Statut
Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Plus d'articles