Peillon promet 1000 postes de profs remplaçants

La Rédaction

Sujets relatifs :

Bonne nouvelle : Vincent Peillon annonce dans un entretien au Parisien la création de 1.000 postes d'enseignants remplaçants à la rentrée 2013, pour remédier à une situation qui n'est "pas acceptable" avec des élèves qui peuvent se retrouver plusieurs semaines sans professeur.

"Sur les 6.770 créations prévues pour la rentrée 2013, nous créerons 1.000 postes de remplaçant: 720 pour le primaire et un peu plus de 280 pour le secondaire. Même si le problème est national et que nous agirons partout, l'effort sera ciblé sur les académies les plus en difficulté: Lyon, Versailles, Bordeaux... et Créteil évidemment, qui bénéficiera de 119 remplaçants en plus en primaire et 115 pour le secondaire", a détaillé le ministre de l'Education nationale.
Rupture du service public
"Il y a aujourd'hui, dans certains territoires, rupture du service public d'éducation. Ce n'est pas acceptable", a-t-il déclaré.
"Quand un enseignant absent n'est pas remplacé au collège ou au lycée, c'est déjà assez préjudiciable, mais l'élève peut au moins continuer à aller en cours dans les autres matières", a poursuivi le ministre . A l'école primaire, "c'est très vite intolérable. Je comprends parfaitement l'impatience et l'indignation des familles dont l'enfant n'a pas de professeurs pendant plusieurs semaines malgré le dévouement des personnels".
Sous la droite entre 2007 et 2012, 80.000 postes ont été supprimés dans l'Education nationale, dont une partie parmi les remplaçants, a souligné M. Peillon, évoquant "la dette éducative qui nous a été léguée par la droite".
Une baisse de 40% des effectifs
Entre juin 2006 et juin 2012, il y a eu "une diminution de 40% des effectifs disponibles pour le remplacement, et une augmentation de 63% du recours aux contractuels. Avec des conséquences dramatiques dans certains départements, comme la Seine-Saint-Denis", a-t-il fait valoir.
En Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre et le plus jeune de France, un collectif de parents a calculé qu'entre 3 et 16 ans, un élève perd l'équivalent d'une année scolaire du fait du manque de remplaçants.
"Nous devons également préparer l'avenir en relançant les recrutements et en organisant notamment des pré-recrutements dans les disciplines et les territoires les plus déficitaires", a ajouté M. Peillon, faisant référence aux "emplois d'avenir professeurs" (EAP), qui doivent permettre en trois ans à 18.000 étudiants modestes se destinant au métier de professeur de faire ces longues études, et à la remise sur pied d'une formation initiale des enseignants.
CC-AFP

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Plus que quelques mois pour apliquer les 1607 heurs effectives. L'État affiche sa fermeté, les collectivités cherchent des solutions… ou des échappatoires.Avec une date butoir fixée au 1er janvier prochain pour le « retour »...

22/10/2021 | Statut
Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Plus d'articles