Pensée Moi(x)sie

La Rédaction

Sujets relatifs :

J'ai évoqué il y a deux semaines l'affligeant billet de Yann Moix sur les bibliothèques sanctuarisées. Il a depuis récidivé, s'en prenant au livre électronique, qui serait symptomatique d'une sorte d'abrutissement généralisé, couplé à des comportements bourgeois dictés par le simple désir de posséder la Culture (avec une majuscule) sans pour autant la digérer. Cette fois c'est Rémi Mathis qui s'y est collé, avec grand talent, sur son blog A la Toison d'or. Dans ce billet, il démonte un par un les arguments fallacieux d'un Yann Moix qui n'est pas à une contradiction près ("L'ambiguïté des grands penseurs" ajoute-t-il en commentaire). Il passe même la seconde couche, comparant Yann Moix à Sebastian Brant, auteur allemand de la Nef des Fous. Autres temps (XVè siècle), mais même discours, à la différence près qu'à l'époque ce n'était pas l'édition électronique mais l'imprimerie qui faisait peur. Le temps des procès en sorcellerie n'est donc pas révolu...

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles