Permanences parlementaires en mairie : Il faut s'en occuper.

La Rédaction

Sujets relatifs :

L'article L. 2144-3 du code général des collectivités territoriales dispose que des locaux communaux peuvent être utilisés par les associations, syndicats ou partis politiques qui en font la demande. Le maire détermine les conditions dans lesquelles les locaux peuvent être utilisés, compte tenu de la nécessité de l'administration des propriétés communales, du fonctionnement des services et du maintien de l'ordre public. Le conseil municipal fixe, en tant que de besoin, la contribution due à raison de cette utilisation. Il appartient au juge administratif d'apprécier éventuellement si la signature d'une convention de location d'un local en mairie pour la permanence parlementaire du maire est de nature à affecter le bon fonctionnement des services communaux.

Par ailleurs, une distinction doit être faite entre le courrier à l'intention du maire en sa qualité de chef de l'administration communale et le courrier qui lui est adressé personnellement en sa qualité d'élu national ou local. L'ouverture du courrier adressé aux élus par les services administratifs de la mairie constitue une atteinte au secret des correspondances et au libre exercice du mandat électif, qui ont le caractère de liberté fondamentale (CE, 9 avril 2004). JO Sénat du 13/01/2011

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Dans son livre « Le nouveau modèle français » paru fin 2021, le haut fonctionnaire et essayiste David Djaiz, auteur remarqué de Slow démocratie en 2019, dessine les contours de ce que pourrait être un futur projet pour le pays,...

06/12/2022 |
Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Plus d'articles