Pierre Joxe, Prix de l'Éthique 2016 : retour sur la cérémonie

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

, ,
Pierre Joxe, Prix de l'Éthique 2016 : retour sur la cérémonie

Pierre Joxe

© groupesrc

Le 31 mai, La Lettre du cadre a décerné le Prix de l’Éthique à Pierre Joxe. Le jury a voulu récompenser l’engagement de ce grand serviteur de l’État auprès des mineurs délinquants. Il existe décidément des personnes qui font la différence et Pierre Joxe est de celles-là. Retour sur la cérémonie de remise du prix.

Pierre Joxe est un grand Monsieur. C’est en tout cas ce qu’ont pensé les membres du jury du Prix de l’Éthique quand ils ont décidé qu’il en serait le lauréat cette année.

Après une longue carrière, la discrétion et l’efficacité

Pierre Joxe a tout fait. Une longue carrière politique : haut fonctionnaire, énarque et conseiller à la Cour des Comptes, président de conseil régional, député (président du groupe socialiste à deux reprises), plusieurs fois ministre (de l’Intérieur et de la Défense notamment). Puis une presque aussi longue activité au service de la République, comme Premier président de la Cour des Comptes, puis membre du Conseil constitutionnel.

Au début des années 2010, on aurait pu croire qu’à la fin de son mandat au Conseil constitutionnel, à 77 ans et au terme d’une si longue carrière, il allait s’arrêter là. Puis, on a appris qu’il s’était inscrit au barreau de Paris, qu’il avait décidé de finir en douceur dans une carrière rémunératrice d’avocat. Mais Pierre Joxe n’est pas de ceux-là, pas de ceux qui profitent de leurs contacts et de leur renommée pour améliorer leur confort personnel.

Car Pierre Joxe a décidé de se consacrer uniquement à la défense des mineurs devant la justice. N’acceptant aucun client particulier, il est avocat commis d’office et défend donc ces enfants qui risquent beaucoup plus gros que d’autres, parce qu’ils sont souvent isolés et sans moyens. Bataillant contre les condamnations trop faciles ou trop sévères, remettant en cause quand il le faut des enquêtes de police trop à charge, s’investissant de la recherche de solutions éducatives…

[caption id="attachment_13417" align="alignnone" width="281"]Pierre Joxe en compagnie du Jury du Prix de l'Ethique Pierre Joxe en compagnie du Jury du Prix de l'Ethique[/caption]

Au service de la justice pour mineurs

Mais Pierre Joxe ne fait pas que défendre, il ne fait pas qu’exercer son activité d’avocat, il milite. Parce que sa parole, son prestige, son intransigeance sont utiles à tous les autres avocats et acteurs de la justice pour enfants, qui se battent au quotidien pour que perdure une justice pour mineurs. Ce combat pour que soient préservés l’esprit et la lettre de l’ordonnance de 45 – qui considère qu’un enfant qui commet une infraction est un enfant qu’il faut avant tout sortir du danger –, il le mène depuis longtemps puisqu’il a lui même dévoilé que, membre du Conseil constitutionnel, il avait refusé de valider certains éléments des lois Perben qui entamaient le durcissement de la justice pour mineurs.

C’est donc à la fois l’homme, son action concrète et son discours que les membres du jury du Prix de l’Éthique ont voulu récompenser. Et ironie – celle que Pierre Joxe manie avec tant l’élégance – alors que les discours lors de la cérémonie de remise du prix, notamment celui de Jean-Marie Petitclerc, président du jury et lauréat du précédent Prix de l’Éthique, ont tous été un vibrant hommage à son action au service des mineurs, Pierre Joxe, lui, n’en a presque pas parlé, comme si sa modestie l’emportait finalement. Il s’est, au lieu de cela, adressé aux fonctionnaires territoriaux, en sortant de sa poche et en commentant les œuvres d’Aristote appliquées à la décentralisation et au service public.

Merci Monsieur Joxe.

Le Prix de l’Éthique

La Lettre du cadre territorial récompense, depuis plus de 15 ans, une personnalité pour son engagement ou ses prises de position, dans ou hors milieu territorial, dans la défense des valeurs que nous estimons fondamentales pour notre société et notre République : la tolérance, le respect des libertés individuelles, la solidarité, l’égalité de tous devant le service public, la défense de l’intérêt général, et de manière plus globale tout ce qui peut contribuer à valoriser l’être humain.

Le prix de l'éthique a notamment été remis à : Geneviève Anthonioz-de Gaulle, Véronique Vasseur, Françoix-Xavier Verschave, Pierre Monnoir, Monique Hervo, Éric de Montgolfier, Fadela Amara, Simone Veil, Maria Nowak, Bertand Schwartz, Amad Ly, Patrick Doutreligne, Albert Jacquart, Florence Aubenas, Irène Frachon, Thierry Marx, Jean-Marie Petitclerc.

Retrouvez les vidéos de la remise du Prix

Le discours de Jean-Marie Petitclerc, lauréat du précédent Prix de l'Ethique et président du jury


Prix éthique1 par Groupe_Territorial


Prix de l'éthique 2016 remis à Pierre Joxe par Groupe_Territorial


Prix de l'éthique 2016 remis à Pierre Joxe par Groupe_Territorial

Pierre Joxe, explique pourquoi il a accepté le Prix de l'Ethique


Remise du Prix de l'éthique à Pierre Joxe par Groupe_Territorial

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles