Pollution des sols : la prescription des 30 ans n'existe pas

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le Conseil d'État vient de rendre un arrêt important (en date du 12 avril 2013) en ce qui concerne les pollutions des sols.

Celui-ci remet en cause une idée qui était apparue suite à un arrêt de juillet 2005. Certains affirmaient que l'obligation de remise en état d'un site pollué était prescrite par 30 années, ceci par inspiration du Code civil.

Or, dans son arrêt d'avril dernier, le Conseil d'État affirme que les préfets peuvent exercer leurs pouvoirs  de police spéciale des ICPE (installations classées) afin d'obliger la remise ne état d'un terrain pollué suite à la cessation de l'activité par un exploitant, après le délai de prescription de 30 ans.

Plus globalement, il rappelle qu'en droit administratif, une obligation de police ne se prescrit pas !

Lu dans Batiactu.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Qu'ont voté les territoriaux à la dernière présidentielle ?

Infographie

Qu'ont voté les territoriaux à la dernière présidentielle ?

Un an et demi déjà. Alors que les territoriaux étaient traditionnellement plutôt modérés, on les a découvert davantage attirés par les extrêmes. Détails en images et en chiffres de tendances...

27/01/2023 |
En Paca, l’État fait confiance à la région pour la planification écologique

En Paca, l’État fait confiance à la région pour la planification écologique

Catherine Belrhiti : « L’eau doit devenir un sujet politique »

Catherine Belrhiti : « L’eau doit devenir un sujet politique »

Logement : quand la question secondaire devient primaire  !

Logement : quand la question secondaire devient primaire  !

Plus d'articles