abonné

Pourquoi l’ergonomie doit partir du travail réel

Elie Maroglou
Pourquoi l’ergonomie doit partir du travail réel

vainui_decembre15_ergonomie

© Vainui de castelbajac

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Ce qui importe, quand on parle de risques professionnels, c’est d’adopter le bon point de vue. Il faut donc se détacher de toute vision théorique, pour partir des situations de travail réelles. Celles dans lesquelles on pourra discerner les dangers avérés. À partir de là, les ergonomes pourront réellement faire leur travail.

Comme dans toutes les entreprises, les collectivités territoriales emploient des travailleurs qui sont susceptibles d’être exposés à des dangers et des risques professionnels ainsi qu’à des conditions de travail qui peuvent être dégradées. L’ergonomie, discipline récente dans le champ de la santé et de la sécurité au travail, a donc toute sa place dans la fonction publique territoriale.

Le point de vue des activités de[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Dans son livre « Le nouveau modèle français » paru fin 2021, le haut fonctionnaire et essayiste David Djaiz, auteur remarqué de Slow démocratie en 2019, dessine les contours de ce que pourrait être un futur projet pour le pays,...

06/12/2022 |
Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Plus d'articles