Prison requise contre un ancien vice-président PS de conseil régional.

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le parquet général de la cour d'appel de Caen a requis vendredi un an de prison ferme à l'encontre d'un ancien vice-président PS du conseil régional de Basse-Normandie, Philippe Bonneau, pour détournements de fonds, essentiellement dans l'exercice de sa profession d'avocat.

L'avocat général Gérald Lesigne a demandé la confirmation de la condamnation prononcée le 10 mai 2012 à l'encontre de M. Bonneau. En 2011, celui-ci avait démissionné de ses fonctions à la région, où il siégeait depuis 2004 et où il était en charge des finances.

L'ancien élu, avocat de profession, a reconnu avoir détourné 111.000 euros, notamment au détriment du Crédit mutuel qu'il défendait devant les prud'hommes, d'une association cofinancée par la région et dont il était trésorier et de la section locale du PS à Bayeux (Calvados).

"A chaque fois que M. Bonneau avait une responsabilité en main, il en usait et abusait", a estimé M. Lesigne.

M. Bonneau, qui a été radié du barreau, a expliqué falsifications de chèques et fausses factures par "l'engrenage" de l'endettement.

Alors qu'il s'investissait "avec passion" dans son travail d'élu, a-t-il expliqué, son salaire de conseiller régional (2.200 euros nets d'impôts) ne lui permettait pas de faire face aux charges de son cabinet d'avocat dont l'activité était en sommeil, selon lui.

Les juges de première instance ont interdit à M. Bonneau d'exercer le métier d'avocat, ainsi que toute fonction publique, toute activité sociale et toute profession commerciale ou industrielle.

L'ex-avocat, âgé de 60 ans, père de six enfants, travaille pour une organisation patronale de transports pour 1.600 euros par mois. "La sanction infligée est une euthanasie sociale", a lancé son avocate, Me Rajae Izem.

La cour doit rendre sa décision le 27 mars.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

Même le Conseil constitutionnel le dit, les 1607h c’est pour tout le monde. Question d’équité. Mais si, derrière ces grands principes, se cachait davantage de subtilité ? Peut-être pas jusqu’à rouvrir le débat, quoi que…Fin...

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

Plus d'articles