Produire français ... au Maroc

La Rédaction

Sujets relatifs :

Haro sur Renault qui inaugure une usine à Tanger en pleine campagne présidentielle avec des candidats drapés dans le "Produisons français". Les réactions des médias et des politiques montrent à l'évidence leur incompréhension de ce qu'est et doit être la stratégie d'un groupe multinational agissant sur le marché mondial.

Il est quasiment indispensable pour un groupe à vocation mondiale de produire en partie sur ses marchés de destination. La stratégie de l'entreprise est logiquement de concentrer en France, et dans la vieille Europe, le haut de gamme, ainsi que la recherche et l'innovation, et de fabriquer en périphérie, sur les marchés auxquels ils s'adressent, les modèles d'entrée de gamme, générateurs de profits susceptibles d'assurer la survie du groupe.

L'usine de Tanger est une usine Renault-Dacia, destinée à la production de modèles de la marque roumaine (la marque low-cost du groupe Renault et son fer de lance dans les pays émergents) et notamment du nouveau monospace Lodgy.

Le "business model" des véhicules de marque Dacia implique une fabrication à bas coûts qui la rend, de fait, incompatible avec les coûts de production français.

Des synergies existent cependant avec l'activité de Renault-Nissan en France. La nouvelle usine va s'approvisionner pour les moteurs, boîtes et divers composants en France et en Roumanie. Renault a chiffré le retour direct lié à chaque véhicule Lodgy à 800 euros correspondant à 400 euros de pièces livrées depuis la France et 400 euros d'ingénierie. En outre, la production du Lodgy au Maroc, en augmentant les volumes globaux produits par Renault, peut rendre viables, grâce aux économies d'échelle, certains modèles (y compris européens) utilisant les mêmes composants.

Par ailleurs, la présence de Renault au Maroc ne date pas d'hier. Son premier établissement commercial remonte à 1928. La reprise à 80% de la Somaca, qui produit la Logan, date de 2003 et le projet d'usine à Tanger a été lancé il y a près de 5 ans.

Méfions-nous donc des simplismes électoraux. Posons-nous la question : vaut-il mieux acheter une voiture française construite à l'étranger qu'une voiture étrangère fabriquée en France ? Le doute est permis, car si le fait d'acheter une Toyota Yaris fabriquée à Valenciennes favorise l'emploi en France, les profits sont engrangés par une société japonaise. Ils lui donnent la capacité de développer sa recherche et développement pour être plus forte au niveau de la concurrence mondiale.

Nous devons nous y habituer, acheter une voiture française totalement fabriquée en France relèvera de plus en plus de l'exception sauf, peut-être, pour des modèles d'exception, relevant de l'univers du luxe. Dans ce cas, le coût de fabrication est marginal par rapport à l'impératif de qualité, Ce n'est pas le cas pour un véhicule comme le Lodgy.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles