Protections civiles et protections sociales

Julien Damon

Sujets relatifs :

, ,
Protections civiles et protections sociales

parapluie-protection

© Andrey Lavrishchev

Dans ce court essai, l'auteur (le sociologue Robert Castel) synthétise ses réflexions sur les systèmes de protection qui doivent permettre aux individus modernes de ne plus être dépendants, tout en assurant leur interdépendance.

État de droit et état social

Les protections civiles garantissent la sécurité des biens et des personnes.

Les protections sociales ont vocation à « couvrir » des risques qualifiés de sociaux.

Historiquement, les sociétés contemporaines sont assurément celles qui mêlent le plus de performances et d'attentes en matière de sécurité civile et de sécurité sociale. Les inquiétudes actuelles sont à resituer dans un contexte où les formes massives d'insécurité civile et sociale ont été largement jugulées. Leur progression, tant pour ce qui relève de leur traduction concrète que de leur place sur les agendas politiques et médiatiques, n'en reste pas moins préoccupante. Les individus recherchent la sécurité du quotidien et de l'existence auprès d'un État de droit qui est aussi un État social, « réducteur de risques sociaux ».

Celui-ci, sous les coups du chômage et de l'apparition d'une nouvelle génération de risques, vacille. Les protections sont percutées par l'individualisation des attentes et la « décollectivisation » des réponses publiques. Les décrochages vis-à-vis des protections collectives se développent à mesure de l'effritement, qui n'est pas effondrement, des régulations salariales collectives.

De larges parties de la population sont maintenant, à bon ou à mauvais droit, convaincues d'être laissées pour compte et sur le bord du chemin. Des groupes particuliers, auparavant les vagabonds, aujourd'hui des jeunes d'origine immigrée dans des quartiers relégués, sont jugés particulièrement menaçants. Ils incarnent, au moins dans les représentations, un nouveau recoupement entre insécurité sociale et insécurité civile. Pour Castel, il y a ainsi, dans une certaine mesure, retour de la hantise des « classes dangereuses ».

De l'intégration à la réparation

Castel souligne, en s'en inquiétant, le passage d'un modèle de protection sociale à vocation d'intégration, à un modèle dont la vocation serait essentiellement la réparation. Le système français de protection sociale se transformerait progressivement en un modèle résiduel, à l'anglo-saxonne, ciblé sur les plus pauvres. Parallèlement notre auteur craint le glissement de l'État social vers un État sécuritaire. Au-delà de quelques réserves sur ses constats, on ne peut qu'être d'accord quand il affirme avec vigueur que sécurité civile et sécurité sociale ne sont pas « deux sphères étanches ».

Sécurité civile et sécurité sociale ne sont pas « deux sphères étanches ».

On relèvera dans cet essai clair et érudit, à côté d'éléments de débats sur les objections libérales, quelques notes bien amenées (par exemple sur le risque alimentaire qui a longtemps été la famine, alors qu'il s'agit aujourd'hui, dans les pays nantis, du fait même de manger).

Castel rappelle surtout, avec force, que l'homme contemporain est façonné par les protections étatiques, devenues aussi naturelles que pouvaient l'être autrefois les « protections rapprochées » de la famille ou de la communauté proche. Il y a là un fait, mais également des attentes qui s'inscrivent dans la dynamique historique des sociétés d'individus.

Une_refaire-societeL'Insécurité sociale. Qu'est-ce qu'être protégé ?

Robert Castel

Coédition Seuil-La République des idées

Octobre 2013

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles