Quand l'industrie agro-alimentaire « se gave »

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le rapporteur de l'ONU sur le droit à l'alimentation Olivier de Schutter vient d'alerter les gouvernements «Nos systèmes alimentaires rendent les gens malades.»  Il y a des liens entre santé et malnutrition, et il a sonné l'alarme face à un nouveau fléau mondial : l'épidémie d'obésité. 300 millions de personnes sont obèses soit 2,8 millions de décès par an et une espérance de vie en déclin. Le rapporteur explique à quel point la «médicalisation de nos régimes » et les «avertissements sanitaires aux consommateurs» sont totalement inutiles. Il exhorte les gouvernements à s'attaquer «aux problèmes systémiques qui génère la mauvaise nutrition». «Nous avons laissé aux entreprises agroalimentaires la responsabilité de faire naître un bon équilibre nutritionnel», déplore-t-il. Or l'abondance des aliments transformés est une menace majeure pour l'amélioration de la nutrition.

Acides gras saturés, trans, sel et sucre

«Les transformations lourdes représentent un "win-win" pour les multinationales agroalimentaires : les articles transformés peuvent être produits et distribués à très grande échelle grâce à des ingrédients subventionnés bon marché et à leur plus longue durée de conservation.» pour les consommateurs, c'est un «lose-lose», car les aliments fortement transformés mènent à «des régimes plus riches en acides gras saturés et trans, en sel et en sucres». Quant aux enfants, ils deviennent accros à une malbouffe qui les cible clairement. ce sont les groupes de population les plus pauvres qui sont les plus touchés parce que les aliments riches en graisses, en sucre et en sel sont souvent moins chers que les aliments sains Olivier de Schutter propose de réglementer les plus riches en graisses saturées, en sel et en sucre. Olivier de Schutter appelle aussi les gouvernements à mettre un frein à la publicité pour la malbouffe. Autres propositions : s'attaquer aux subventions agricoles qui favorisent certains ingrédients.

A lire dans Liberation.fr

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles