Quand travailler nuit à la santé

La Rédaction

Sujets relatifs :

Un coût en vies humaines mais aussi en milliards d'euros d'indemnités journalières et soins. Les accidents du travail et maladies professionnelles sont devenus un enjeu majeur pour les PME et les pouvoirs publics...

Travailler peut nuire à la santé. En 2010, plus de mille salariés ont perdu la vie et 24 000 autres ont été déclarés en incapacité permanente de plus de 10 %.
Les 668 000 accidents du travail et 50 000 maladies professionnelles prises en charge par l'Assurance Maladie ont représenté près de 50 millions de journées de travail perdues, soit un coût de plus de deux milliards d'indemnités journalières, quatre milliards de rentes et plus d'un milliard de remboursements de soins.
Certes, la France peut se targuer d'avoir nettement diminué le nombre d'accidents du travail. En vingt ans, le nombre d'accidents graves a été divisé par deux et celui des
accidents mortels divisé par trois. L'indice de fréquence est ainsi passé de 110 en 1950 à 36 pour 1 000 salariés en 2010. Pour autant, si le travail tue moins, il tue encore : 1082 décès ont été enregistrés en 2010 dont quasiment la moitié est liée à des maladies professionnelles. Car, si le nombre de drames professionnels a été considérablement réduit et si les firmes du BTP ont fait de gros efforts, la France doit aujourd'hui faire face à la montée en puissance de nouvelles pathologies.

Lire la suite

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles