Qui radier des listes électorales ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Traditionnellement le grand indice de la perte de la qualité d'électeur est constitué par le retour de la carte électorale en mairie. En effet lors de chaque refonte, tous les trois ou quatre ans, il est confectionné une nouvelle carte électorale qui est envoyée par la Poste à l'électeur. Le retour de ce document pour des motifs comme «  parti sans laisser d'adresse » ou bien «  n'habite plus à l'adresse indiquée » est un premier et très tangible indice de la perte du droit de l'électeur a être maintenu sur les listes électorales.Le deuxième concerne toujours la carte électorale, qui n'ayant pu trouver l'électeur à une adresse, est laissé à sa disposition le jour du scrutin pour qu'il puisse tout à la fois, la prendre et indiquer au bureau de vote les raisons de la non distribution à son adresse. La non participation répétée aux scrutins constitue, elle aussi, un indice supplémentaire

Cette non participation nécessite désormais souvent de la part des services élections de se déplacer en préfecture pour sa consultation.Pratiquement,  les commissions administratives lorsqu'elles ont un doute, peuvent lors de l'ouverture de leurs travaux à partir du début du mois de septembre, envoyer aux électeurs dont elles suspectent la perte du droit à être maintenu sur les listes électorales un courrier les invitant à venir en mairie, nanti des documents permettant de prouver leur qualité d'électeur. Si la lettre revient, elle constituera un  indice permettant de radier l'électeur.Attention le fait pour un électeur d'être injoignable à une adresse  située sur le territoire de la commune n'est pas un motif de radiation suffisant, en effet il peut avoir déménagé mais rester inscrit en vertu de l'assujettissement pour la cinquième année consécutive au rôle d'une contribution directe communale .Il convient alors de s'assurer de sa qualité de contribuable.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles