Recherche : piéger les nitrates dans les eaux

La Rédaction

Sujets relatifs :

Lorsque le taux de nitrates dépasse la norme pour la potabilité (50 mg/litre), il est nécessaire de mettre en place un procédé de traitement.

Les procédés biologiques ou physico-chimiques existants sont lourds et coûteux.

En partenariat avec l'Institut des sciences de la Terre d'Orléans et la Lyonnaise des eaux et avec un financement de la Région Centre, le BRGM s'est engagé dans une nouvelle voie de recherche.

Le procédé dénommé Trainit utilise des matériaux de synthèse de type hydroxydes doubles lamellaires « en rose de sables ». Ils ont la capacité de piéger dans leur structure les anions nitrates. Par exemple, une eau brute de la nappe de Beauce contaminée à la hauteur de 48 mg/litre a vu sa charge réduite à 8,3 mg/litre !

Le programme est en phase d'optimisation pour sélectionner les matériaux les plus efficaces avant une mise en oeuvre industrielle.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

La dernière Lettre du Cadre vient d'arriver. Au sommaire : ces déchets que nous ne préférons réduire plutôt que réduire, un énième épisode du management en temps de crise, le renouveau des instances médicales dans les...

24/06/2022 |
Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Plus d'articles