Recherche : piéger les nitrates dans les eaux

La Rédaction

Sujets relatifs :

Lorsque le taux de nitrates dépasse la norme pour la potabilité (50 mg/litre), il est nécessaire de mettre en place un procédé de traitement.

Les procédés biologiques ou physico-chimiques existants sont lourds et coûteux.

En partenariat avec l'Institut des sciences de la Terre d'Orléans et la Lyonnaise des eaux et avec un financement de la Région Centre, le BRGM s'est engagé dans une nouvelle voie de recherche.

Le procédé dénommé Trainit utilise des matériaux de synthèse de type hydroxydes doubles lamellaires « en rose de sables ». Ils ont la capacité de piéger dans leur structure les anions nitrates. Par exemple, une eau brute de la nappe de Beauce contaminée à la hauteur de 48 mg/litre a vu sa charge réduite à 8,3 mg/litre !

Le programme est en phase d'optimisation pour sélectionner les matériaux les plus efficaces avant une mise en oeuvre industrielle.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles