Redevance « sécurité des réseaux » : l'AMF a été entendue

La Rédaction

Sujets relatifs :

À la suite des courriers de très nombreux présidents d'associations départementales de maire, la président de l'AMF, Jacques Pélissard, avait demandé dans une lettre au Premier ministre en mars dernier, que les collectivités qui exploitent de petits réseaux d'eau et d'assainissement (moins de 300 km) soient exonérées du paiement, prévu par la loi Grenelle 2, de la redevance à l'INERIS (réforme DT/DICT).

Un arrêté du 3 septembre dernier répond favorablement à cette demande, en retenant ce seuil de 300 km. Par ailleurs, une réfaction dégressive est prévue lorsque ces réseaux sont situés, pour un même exploitant, sur une seule ou quelques communes.

Cette redevance annuelle sert à couvrir les dépenses afférentes au fonctionnement du téléservice, lequel, depuis le 1er août dernier, doit être obligatoirement consulté par tous les maîtres d'ouvrage, publics et privés, dès lors que leurs projets de travaux peuvent affecter les réseaux souterrains ou aériens.

Rappelons qu'il appartient aux communes et EPCI qui exploitent en propre des réseaux, s'ils ne l'ont pas déjà fait, de déclarer ceux-ci auprès du téléservice, non seulement pour répondre à leurs obligations légales mais pour des raisons évidentes de sécurité et de responsabilité.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Dans son livre « Le nouveau modèle français » paru fin 2021, le haut fonctionnaire et essayiste David Djaiz, auteur remarqué de Slow démocratie en 2019, dessine les contours de ce que pourrait être un futur projet pour le pays,...

06/12/2022 |
Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Plus d'articles