Remaniement : la nomination d'un banquier à Bercy fait des vagues

AFP

Sujets relatifs :

,
Remaniement : la nomination d'un banquier à Bercy fait des vagues

emmanuel_macron

© France3région

François Hollande a créé la surprise, voire la colère, avec la nomination dans le deuxième gouvernement Valls hier de son ex-conseiller, le banquier Emmanuel Macron, tenant de la ligne libérale de soutien aux entreprises qu'il a lui-même contribuée à élaborer. Il a été l'un des artisans du pacte de stabilité.
"Une provocation évidente", a pesté le "frondeur" Laurent Baumel. La consécration d'"une politique plus droitière que jamais" pour Pierre Laurent (PCF). "La finance s'étale au pouvoir avec Manuel Valls", a tempêté Martine Billard (Parti de gauche). Pour Emmanuelle Cosse, numéro un d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), ça "ne va pas dans le sens" d'une "refonte de la politique économique". C'est "l'officialisation de la domination de la grande finance !", a commenté Florian Philippot, vice-président du FN.
 Avant d'être promu nouveau maître de Bercy, cet énarque a été une figure centrale de l'Elysée, occupant de 2012 à juin dernier le poste de secrétaire général adjoint.
Principal conseiller économique et financier du président de la République, ce technocrate fils de médecins, appartenant au sérail de l'inspection des Finances, a été l'un des artisans du pacte de responsabilité dont M. Hollande a fait le coeur de son action depuis janvier. La nouvelle équipe, symbole d'une majorité étriquée et privée de son aile gauche, qui compte des socialistes - mais pas de "frondeurs" - et trois radicaux de gauche mais pas d'écologistes, est également marquée par la promotion de Najat Vallaud-Belkacem, première femme à assumer le portefeuille de l'Education, et Fleur Pellerin à la Culture.

Et Frédéric Cuvillier, personne n'en parle ?

Moins remarqué que le départ très médiatisé de Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, celui d'un "Hollandais historique", le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier, n'en est pas moins une surprise. "Le message des municipales n'a pas été entendu, je souhaite qu'il le soit", a-t-il dit. La nouvelle équipe compte 33 membres, soit deux de plus que la précédente et se réunira au complet mercredi à 10H00 à l'Elysée pour son premier Conseil des ministres.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

L'oeil du DGS : "Bienveillance, un mot qui m'agace"

L'oeil du DGS : "Bienveillance, un mot qui m'agace"

"La Lettre du cadre" lance une nouvelle rubrique, intitulée "L'oeil du DGS" : des billets d'humeur rédigés par les femmes et les hommes qui dirigent les administrations des collectivités, et qui vous proposent un regard décalé sur la...

28/10/2021 | Analyse débat
35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Plus d'articles