Renvoi en correctionnelle pour le maire d'Hénin-Beaumont

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le parquet de Béthune a requis le renvoi en correctionnelle de l'ex-maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) Gérard Dalongeville, mis en examen en 2009 dans une affaire de fausses factures, a-t-on appris dimanche auprès de son avocat, confirmant une information du Figaro.fr.

Le parquet a requis ce renvoi en correctionnelle "début octobre", a indiqué à l'AFP l'avocat de M. Dalongeville, Me Francis Terquem.

"On a répliqué par une note d'une quarantaine de pages pour demander au juge d'instruction de ne pas suivre ces réquisitions et demander un non lieu", a expliqué Me Terquem.

Dans cette note, l'avocat "souligne un tropisme du parquet à s'acharner contre M. Dalongeville", a-t-il ajouté.

Selon Lefigaro.fr, le parquet de Béthune requiert le renvoi de vingt autres personnes, dont Claude Chopin, premier adjoint au maire d'Hénin-Beaumont chargé des finances de 2001 à 2008, Jean-Claude Bouche, fournisseur de la mairie, et l'éditeur du bulletin municipal de la commune "Le journal du pays" - en liquidation judiciaire depuis janvier 2008 - Guy Mollet.

Gérard Dalongeville avait été mis en examen en avril 2009, un an après sa réélection, pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme présumés. Il avait été par la suite révoqué de son mandat de maire en conseil des ministres et exclu du Parti socialiste.

L'enquête, lancée en juin 2008, a mis au jour un système de fausses factures établies entre 2006 et 2008 au bénéfice de sociétés qui n'auraient jamais honoré les prestations correspondantes. Le montant de ces factures pourrait atteindre jusqu'à quatre millions d'euros.

Dans un livre paru en février, "Rose Mafia", Gérard Dalongeville dénonçait des malversations dans le Pas-de-Calais, destinées selon lui à financer la fédération PS. Des accusations réfutées par la fédération, qui a porté plainte en diffamation contre l'ancien maire d'Hénin-Beaumont.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles