Résultat en demi-teinte pour la retraite des aidants familiaux

La Rédaction

Sujets relatifs :

Source : localtis.info

En octobre 2010, à l'occasion des débats sur la réforme des retraites - qui ont abouti à la loi du 9 novembre 2010  -, François Fillon avait indiqué que les parents d'enfants handicapés se consacrant à la prise en charge de leur enfant pourraient continuer de bénéficier d'une retraite à taux plein à 65 ans

Dans une question écrite, Gisèle Printz, sénatrice (PS) de la Moselle, s'inquiète de l'application de la loi du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites, "particulièrement défavorable à l'égard des aidants familiaux". Elle indique en effet qu'"un projet de décret d'application de la loi [devenu entre-temps le décret du 31 mai 2011 relatif à l'âge d'attribution d'une pension de retraite à taux plein, ndlr] exige une interruption d'activité d'au moins 30 mois consécutifs pour continuer à bénéficier d'une retraite sans décote quelle que soit la durée de cotisation". Une telle condition risque de pénaliser les femmes qui s'arrêtent pour élever un enfant handicapé, "le plus souvent pour des périodes de courte durée, mais répétées" et qui risquent donc de ne pas remplir la condition demandée, même si elles dépassent les 30 mois en durée cumulée.

lire la suite

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Dans son livre « Le nouveau modèle français » paru fin 2021, le haut fonctionnaire et essayiste David Djaiz, auteur remarqué de Slow démocratie en 2019, dessine les contours de ce que pourrait être un futur projet pour le pays,...

06/12/2022 |
Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Plus d'articles