Roms : on déplace le problème

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le campement Rom de Ris-Orangis (Essonne), dans lequel vivait une cinquantaine de personnes, a finalement bien été évacué par les forces de l'ordre hier matin. 56 personnes, dont une vingtaine d'enfants, vivaient dans ce bidonville.
"Tout le monde sait bien que ces expulsions absurdes ne font que déplacer le problème. Tout le monde sait bien que le nombre des familles Roms en Essonne reste stable, voire est en légère augmentation. Tout le monde sait bien que, malgré les promesses d'hébergement de quelques nuitées, des familles entières sont jetées à la rue. Mais l'on continue à le faire sans chercher de réelles solutions", déplore le Secours Catholique, qui soutenait cette communauté, ainsi qu'un groupe de soutien d'élus de gauche, et les familles catholiques, ce qui a valu de nombreuses querelles avec la maire UMP de la commune. Certaines familles se plaignaient d'une recrudescence de vols, imputée de fait à la communauté Rom...L'association du Secours catholique dénonce le fait que les Roms soient les "boucs émissaires d'une politique sécuritaire qui cible les migrants et les pauvres" et réitère sa demande d'une table ronde départementale ou nationale sur le sujet.
Une fois de plus, on a déplacé le problème.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

On sait ce qu’il faut faire pour engager la transition climatique. On sait moins comment payer l’effort colossal qui est devant nous. Un des enjeux majeurs, sera notre capacité à réformer en profondeur notre appareil fiscal. Ça...

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Plus d'articles