Rythmes scolaires, Ayrault recadre Peillon

La Rédaction

Sujets relatifs :

Premier couac au gouvernement. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis une «concertation» avec enseignants et parents d'élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l'issue de laquelle un «arbitrage» sera rendu. Il a coupé l'herbe sous le pied de Vincent Peillon, nouveau ministre de l'Education, qui avait annoncé le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire «pour la rentrée 2013», ajoutant que «ce n'est pas le plus simple, mais nous le ferons».

«Vincent Peillon a eu raison de rappeler que c'était une priorité», a jugé Jean-Marc Ayrault. Mais le Premier ministre préfère choisir « la méthode de la concertation ». «Il y aura une concertation avec les enseignants, les parents d'élèves, les professionnels, tous ceux qui ont leur mot à dire et puis à la fin de cette concertation, il y aura un arbitrage, je le prendrai, pour que l'objectif principal soit respecté», a annoncé le chef du gouvernement. La présidente PS de Poitou-Charentes, Ségolène Royal, avait auparavant critiqué l'annonce de Vincent Peillon, considérant qu'une telle décision nécessitait de la «concertation» et devait être «arbitrée» par le Premier ministre.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles