« Se motiver, une disposition intérieure qui s'apprend »

Bruno Cohen-Bacrie

Sujets relatifs :

,
« Se motiver, une disposition intérieure qui s'apprend »

imopssible_gomme

© bahrialtay - Fotolia.com

Coach professionnelle, formatrice et conférencière, Nathalie Ducrot a publié « Motivation On/Off : le déclic », sous-titré « Les nouvelles pistes pour rester motivé, motivant et heureux » (InterÉditions, 2012). Elle y propose des solutions pour « venir au secours » de notre motivation.
Nathalie DucrotNathalie Ducrot Après une première vie en entreprise pendant 20 ans comme chef d'entreprise, manager opérationnel et responsable de ressources humaines, Nathalie Ducrot est devenue coach experte en motivation et cohésion d'équipe. Accréditée PCC (Professional Certified Coach) auprès de l'ICF (International Coach Federation), active au sein de ICF Suisse, elle a créé ProOptim, Option Optimisme, une structure de formation et de coaching.

De quelle motivation parlez-vous ?

La motivation nous fait vivre et entreprendre, au sens littéral de « se mettre en mouvement ». Ceci est vrai au niveau d'un individu, d'un groupe, d'une organisation, d'une Nation. Par nature, l'Humain a la motivation chevillée au corps. De la conquête du feu à celle de l'espace, nous avons fait nos preuves en tant qu'espèce « motivée », la plupart du temps dans des conditions difficiles voire extrêmes. Autrement dit, la motivation n'est pas exclusivement dépendante des circonstances, ce qui est une vraie bonne nouvelle de nos jours. Même quand les temps sont durs, chacun dispose de ressources de motivation. Puisqu'elle préside à nos destinées personnelles et collectives, elle vient en tête pour jouer un rôle fondamental face aux enjeux socio-économiques et planétaires que notre époque exige.

Que faut-il pour motiver quelqu'un ?

La pratique du bâton et de la carotte se décline en entreprise versions « récompense-rémunération » et « sanction-licenciement », avec les nuances intermédiaires dont chacun a l'expérience. Certes, des conditions de travail décentes, un bon salaire sont des nécessités basiques, mais ils ne constituent pas des facteurs de motivation. D'ailleurs, ne connaissons-nous pas tous des démotivés privilégiés et des bénévoles hypermotivés ? Une étude à large échelle a prouvé que, pour les tâches complexes, l'engagement des collaborateurs était davantage stimulé par les besoins de maîtrise, de sens et d'autonomie plutôt que par l'argent. Ainsi donc, on ne peut pas vraiment directement motiver quelqu'un. La question est de « se motiver », c'est une responsabilité entre soi et soi, ensuite seulement un enchaînement de soi aux autres et au reste, travail compris. La motivation, c'est plutôt comme l'amour, le bonheur, la confiance, une forme de disposition personnelle unique. Cette énergie dynamique qui rend apte à soutenir petites et grandes aspirations au cours de toute la vie est à la fois innée et acquise. Elle active détermination, engagement, enthousiasme et par extension, esprit d'initiative, optimisme, résistance, résilience. Pour naviguer avec aisance entre réactivité et proactivité, le manager motivé et motivant doit travailler sa posture intérieure et être soutenu dans cette démarche, car la force de son exemple sera déterminante.
 C'est une responsabilité entre soi et soi.

Pour gérer les facteurs de démotivation, existe-t-il une réflexion RH à mener ?

Si la motivation relève de la responsabilité individuelle, il n'empêche qu'une bonne stratégie entrepreneuriale peut favoriser et encourager le self-management par la connaissance et par de nombreuses formes de développement de l'intelligence émotionnelle et relationnelle. Ce registre fait appel à des mesures innovantes et encore trop peu d'entreprises s'y risquent tandis que d'autres s'inscrivent à petits pas dans une démarche apprenante de meilleures pratiques. Les nouvelles générations de managers semblent par nature avoir intégré l'importance de l'équilibre entre accomplissement et dépassement de soi. S'ils aiment le challenge dans leur vie professionnelle, ils ne sont pas pour autant prêts à mettre leur précieuse motivation en péril en oubliant leurs choix de vie. La première mesure de motivation consiste déjà à éviter ce qui propage cette démotivation si coûteuse en entreprise en terme de turnover, absentéisme et présentéisme et bien entendu sur le plan humain.
La motivation, c'est plutôt comme l'amour, le bonheur, la confiance, une forme de disposition personnelle unique.

Quels déclics explorez-vous dans votre ouvrage ?

Au sens littéral du terme : se motiver, c'est se mettre en marche. Il y a donc un instant T où les conditions sont réunies pour le déclic de départ. J'ai pris le parti d'explorer trois axes qui soutiennent le déclenchement et le maintien de la motivation.
 En premier, les dernières avancées des neurosciences nous permettent de mieux comprendre les mécanismes du cerveau et donc de mieux utiliser cet extraordinaire moteur de motivation. Par exemple, la menace, l'insécurité nous paralysent plus qu'elles nous stimulent, il est donc nécessaire d'évacuer les facteurs anxiogènes, les pressions de toute nature. Connaître les réactions instinctives de la zone reptilienne est très utile. Ensuite, la psychologie positive nous révèle comment constituer un carburant de motivation « raffiné » en exploitant nos talents naturels et un esprit orienté solution et traduire cela en nouvelles ressources. Gérer ses émotions, cultiver la bienveillance sont divers axes pour renforcer son potentiel de motivation. Enfin, l'approche systémique fait référence à notre lien à plus grand que nous, notre être tout entier, notre famille, notre équipe de travail, le monde, l'univers, Dieu, etc. Voilà, ce qui donne du sens et du soutien à nos décisions de motivé, motivant, heureux.

En termes de motivation, comment trouver le bon déclic ?

L'aptitude à motiver « ses troupes » est une compétence managériale reconnue et cela passe par l'art de se motiver. Comment certains peuvent-ils soulever des montagnes alors que d'autres trébuchent sur le moindre gravillon ? Où puiser une motivation profonde et bénéfique ? Ma passion pour ces questions est telle que j'assume les risques et les bénéfices de la simplification des travaux scientifiques dont je m'inspire, tout en rendant un hommage appuyé aux chercheurs et à la rigueur de leur démarche. Chacun peut nourrir l'ambition d'être un accélérateur de transition, en changeant lui-même et en incarnant ce changement dans ses expériences concrètes et collectives. L'émergence de nouveaux modèles d'organisations fondés sur l'humanisme passe par la motivation personnelle d'œuvrer à un monde meilleur à sa mesure.

Cet ouvrage est-il un guide d'autocoaching sur la motivation ?

Oui, ce livre engage à une profonde réflexion sur soi et aussi sur les autres quand on est responsable d'équipe. C'est une invitation à prendre du recul et à explorer son énergie de motivation sous des angles divers. Les questions posées et les exercices/outils qui sont proposés servent à accompagner les prises de conscience. En présentant les nouvelles connaissances de soi qui « allument » la motivation de l'intérieur, il répond aussi aux besoins des responsables d'équipes, managers ou dirigeants. Le grand message de ce livre, c'est que l'on ne doit pas forcément associer à cette énergie de motivation l'excitation ou la combativité. La vraie posture de motivation durable a une forme sereine et puissante qui se déclenche en son for intérieur, voire dans ses ressources naturelles et qui résiste paisiblement aux turbulences.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Dis-moi comment tu recrutes, je te dirai qui tu es

Dis-moi comment tu recrutes, je te dirai qui tu es

Nous remettons en cause bien des fonctionnements des collectivités, que nous jugeons inefficaces ou obsolètes. Mais quand il s’agit de recrutement, c’est souvent le statu quo : mêmes méthodes, mêmes dysfonctionnements depuis des...

Les territoriaux sont moins bien formés au numérique qu’ils le croient

Les territoriaux sont moins bien formés au numérique qu’ils le croient

Pour ou contre un grand changement au Grand Paris ?

Sondage

Pour ou contre un grand changement au Grand Paris ?

Philippe Bouyssou : « Est-ce que les dividendes aux actionnaires de Veolia ne pourraient pas servir à autre chose ? »

Interview

Philippe Bouyssou : « Est-ce que les dividendes aux actionnaires de Veolia ne pourraient pas servir à autre chose ? »

Plus d'articles