Secouée, l'inspection du travail se refait une santé

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle, monte au front. Celui qui avait été envoyé en pompier chez France Télécom, au plus fort de la vague de suicides, doit éteindre au plus vite l'incendie qui menace l'inspection du travail.

Après que deux des leurs ont mis fin à leurs jours, à quelques mois d'intervalle, quelque 200 agents de contrôle (sur un effectif national de 2 190, dont 767 inspecteurs) avaient bruyamment manifesté à Paris le 7 février dernier, tandis qu'une partie des effectifs du ministère observaient un mouvement de grève.
En concertation avec Joël Blondel, directeur général de la modernisation des services (Dagemo, en quelque sorte le super DRH du ministère), Jean-Denis Combrexelle promet des mesures rapides pour apaiser le climat et réduire la charge de travail des fonctionnaires. Lors du dernier CHSCT ministériel réuni ce même 7 février, il a été arrêté que les entretiens d'évaluation, menés dans des délais et des conditions techniques déraisonnables selon les agents, seront mieux encadrés. Des sessions de formation seront notamment organisées pour tous les managers évaluateurs. Et plus question de limiter l'entretien aux seuls objectifs chiffrés. Priorité à la qualité des prestations. Des mesures de prévention du harcèlement moral seront mises en place localement sans attendre.

Lire la suite

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles