Skylander : la Lorraine n'abandonnera pas !

La Rédaction

Sujets relatifs :

La Lorraine "n'abandonne pas" le projet aéronautique Skylander de la société d'ingénierie Geci International malgré le désengagement de l'Etat, a affirmé le président du Conseil régional Jean-Paul Masseret lundi à Metz. Vendredi, Geci International avait annoncé que l'accord avec l'Etat était caduc après un audit faisant apparaître un besoin de financement d'environ 200 millions d'euros jusqu'aux premières livraisons de cet avion à hélice. L'Etat, la région Lorraine et des investisseurs privés s'étaient engagés début février à financer le programme sur la base de dépenses ne dépassant pas 120 millions d'euros.

Exemplaire
"Ce dossier s'invite dans la présidentielle. Il est déterminant dans l'exemplarité de ce qui peut être fait comme politique industrielle, alors que tous les candidats parlent de la réindustrialisation de la France", a estimé M. Masseret lors d'une conférence de presse.
"Le Conseil régional n'abandonne donc pas le dossier Skylander, nous en faisons un enjeu national de la politique industrielle", a-t-il dit, estimant que l'audit confirmait la qualité technique du projet ainsi que l'existence d'un marché.
"L'audit fait état d'une différence de 20, 30 ou 40 millions d'euros? Cela n'est pas à la hauteur du débat. On parle d'un chiffre d'affaires de plusieurs milliards, des centaines d'emplois", a-t-il poursuivi.

Estimation excessive ?
Le PDG de Geci International, Serge Bitboul, a pour sa part considéré que "l'estimation des experts est réellement excessive", affirmant que son groupe poursuivait "une renégociation avec l'Etat sur d'autres bases".
"Je suis extrêmement serein sur la finalisation du bouclage financier du Skylander", a-t-il ajouté.
L'avion Skylander, dont le programme a déjà été décalé, est censé pouvoir décoller et atterrir dans des conditions difficiles. Une compagnie russe, Aviamost, s'est déjà dite intéressée.
Les titres de l'avionneur et de sa filiale Geci Aviation avaient été suspendus à la Bourse de Paris vendredi en fin de matinée, à la demande du groupe. "Pour des raisons techniques" non précisées, leur cotation ne reprendra que mardi.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Les sénateurs Hervé Maurey et Stéphane Sautarel ont récemment présenté les conclusions de leur rapport : « Comment remettre la SNCF sur rail ? Modèle économique de la SNCF et du système ferroviaire : il est grand temps...

02/05/2022 |
Éditorial : Nouveau monde, vieilles idées

Éditorial : Nouveau monde, vieilles idées

À lire: faut-il quitter les réseaux sociaux ?

À lire: faut-il quitter les réseaux sociaux ?

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'avril 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'avril 2022

Plus d'articles