Taxe d'aménagement et ville nouvelle.

La Rédaction

Sujets relatifs :

La taxe d'aménagement vient en remplacement, depuis la loi n° 2010-1658 du 29 décembre 2010, de la taxe locale d'équipement (TLE). L'exonération de cette taxe dont bénéficient les zones d'aménagement concerté (ZAC) et les opérations d'intérêt national (OIN) est considérée par de nombreux élus, et notamment des villes nouvelles, comme une anomalie comparable à une niche fiscale ou, tout du moins, à une incohérence fiscale. En effet, la quasi-totalité des territoires des villes nouvelles est constituée de ZAC et toutes les opérations qui s'y déroulent se trouvent, de fait, exonérées de droits de taxes au plus grand bénéfice des constructeurs et sans que ne soit répercuté un quelconque avantage aux futurs acquéreurs puisque les marges opérationnelles ne s'en trouvent pas limitées.

La disposition contestée ne fait que reconduire l'actuelle exonération de taxe locale d'équipement (TLE) des constructeurs opérant en zones d'aménagement concerté (ZAC) dès lors que l'aménageur y a déjà financé un minimum d'équipements publics définis par la loi. Le coût de ces équipements publics est répercuté sur le prix des terrains aménagés cédés aux constructeurs par l'aménageur. Par conséquent, afin d'éviter une double imposition de ces constructeurs, la loi les exonère de TLE. Il en va de même pour la nouvelle taxe d'aménagement. L'article L.331-7-5° du code de l'urbanisme exonère de taxe d'aménagement les constructions et aménagements réalisés dans les zones d'aménagement concerté lorsque le coût des équipements publics nécessaires à cette ZAC a été mis à la charge des constructeurs par l'aménageur.

La liste de ces équipements publics résulte de l'article R. 331-6 du code de l'urbanisme. L'exonération des constructeurs est subordonnée, par cet article, à la prise en charge par l'aménageur de la ZAC d'au moins le coût des équipements publics suivants les voies et les réseaux publics intérieurs à la zone ainsi que les espaces verts et les aires de stationnement correspondant aux seuls besoins des futurs habitants ou usagers de la zone. En outre, cette liste peut être complétée par une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale (EPCI).

Dès lors que cette condition est remplie, l'acte de création de la ZAC mentionne l'exonération de taxe d'aménagement des constructeurs opérant dans cette ZAC (article R. 311-2 du code de l'urbanisme). Dans le cas où l'intégralité des équipements publics ainsi définis n'est pas financée par l'aménageur de la ZAC, il n'y a pas exonération de la taxe d'aménagement. Il n'existe donc pas d'inégalité devant l'impôt entre les constructeurs en ZAC exonérés de taxe d'aménagement et ceux construisant hors ZAC et donc assujettis à cette taxe. Question N° : 125899

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

On sait ce qu’il faut faire pour engager la transition climatique. On sait moins comment payer l’effort colossal qui est devant nous. Un des enjeux majeurs, sera notre capacité à réformer en profondeur notre appareil fiscal. Ça...

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Plus d'articles