abonné

Taxe professionnelle : regrets éternels...

Marjolaine Koch

Sujets relatifs :

Réformée une soixantaine de fois en 33 ans de vie, la taxe professionnelle a tiré sa révérence en 2010. Sa disparition devait offrir un soutien à l’emploi et à l’investissement des entreprises : trois ans après, sur ce plan, le bilan est (très) mitigé. Quant aux collectivités locales… région, département ou commune, chacune a ses raisons de regretter cet ancien impôt.

La taxe professionnelle (TP), c’était l’un des quatre impôts directs locaux perçu par les collectivités territoriales, essentiellement assis sur la valeur locative des immobilisations corporelles. Sur ces quatre impôts directs, la TP représentait 44,1 % du montant total du produit en 2009. Loin d’être une bagatelle, donc. Sa disparition en 2010 s’est accompagnée d’une refonte[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Pascal Bellemin : "dans le contrôle de gestion, nous devons mieux intégrer l’aspect environnemental "

Pascal Bellemin : "dans le contrôle de gestion, nous devons mieux intégrer l’aspect environnemental "

En décembre dernier, Pascal Bellemin, 51 ans, est devenu président national de l’Afigese.Il entend définir ses priorités, axées autour d’une meilleure prise en compte des enjeux du développement durable dans les modes de...

12/04/2022 |
Quand le bâtiment s’inquiète de la bonne santé des collectivités

Quand le bâtiment s’inquiète de la bonne santé des collectivités

Responsabilité financière des ordonnateurs et des comptables : réformes à tous les étages

Responsabilité financière des ordonnateurs et des comptables : réformes à tous les étages

Jean Laudouar et Anne Tavernier : "nous souhaitons sensibiliser les acteurs publics à des modèles de gestion compatibles avec le vivant"

Interview

Jean Laudouar et Anne Tavernier : "nous souhaitons sensibiliser les acteurs publics à des modèles de gestion compatibles avec le vivant"

Plus d'articles