Thouaré-sur-Loire assigne Dexia

La Rédaction

Sujets relatifs :

Après la Seine-Saint-Denis, Unieux, Saint-Maur-des-Fossés et Saint-Etienne, c'est au tour de Thouaré-sur-Loire de porter plainte contre Dexia. La commune reproche à la banque de lui avoir vendu, en 2006, un emprunt de 4M d'euros au taux d'intérêt indexé sur la parité euro/franc suisse. D'abord fixé à 3,84%, le taux s'est envolé jusqu'à atteindre 12,85%. « Cela représente un surcoût de 269 500 euros soit 7 points d'impôts supplémentaires. Cela n'est pas supportable lorsque l'emprunt contracté représente 30% de l'encours », détaille le maire, Bernard Chesneau. La plainte invoque notamment un défaut de conseil : la banque aurait assuré que la parité euro/franc suisse serait stable et ne représenterait aucun risque. « Dexia ne pourra plus dire que les communes auxquelles elle proposait des emprunts toxiques avaient les ressources humaines suffisantes pour en gérer les risques. Comment une commune de moins de 8000 habitants, comme Thouaré-sur-Loire, pouvait-elle suivre la parité euro-franc suisse ? », commente Claude Bartolone, président du conseil général de Seine-Saint-Denis et de l'association « Acteurs publics contre emprunts toxiques ».

Sur ce thème, accédez à notre dossier thématique "Banques - collectivités : des relations à risques"

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles