Touraine : tensions autour d'une statue

La Rédaction

Sujets relatifs :

La Femme Loire n'est pas la bienvenue en Touraine. Cette statue géante de 17 mètres de haut sur 40 de long doit être érigée sur le coteau au-dessus de l'abbaye de Marmoutier, au coeur du Val-de-Loire, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Elle sera visible depuis l'autoroute A10 Bordeaux- Paris. La vision de cette femme nue, allongée et accoudée sur le sol au dessus de l'abbaye, est loin de plaire à tout le monde. Une pétition appelant à sa délocalisation a déjà recueilli plus de 4.000 signatures et doit être remise le mois prochain au maire socialiste de Tours Jean Germain.
Reste que le projet du sculpteur Michel Audiard, financé par lui-même et par du mécénat d'entreprise, a été approuvé par le conseil municipal de Tours fin 2008.
Mais déjà, des élus font marche arrière. «L'emplacement prévu n'est pas le plus approprié, on pourrait peut-être le faire sur une île de la Loire. Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les risques de voir le Val de Loire perdre son statut Unesco», a fait valoir le chef de file de l'opposition UMP, Pascal Ménage, auprès de l'AFP. Si le conseil municipal ne fait pas marche arrière, la statue sortira de terre au printemps et surplombera la vallée en 2013.
Source : newsletter communication

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles