Tout sacrifier à sa carrière ?

Christine Cathiard

Sujets relatifs :

, ,
Tout sacrifier à sa carrière ?

exhausted businessman

© Mikael-Damkier - Fotolia.com

Débutants enchaînant les journées à rallonge, trentenaires titillés par l'envie de fonder une famille, pré-retraités fatigués...Le Monde dresse un portrait bigarré de ceux qui font, ou ne font pas, la distinction entre vie pro et vie perso.
Un mari? Des enfants? Oui, mais pas tout de suite. A bientôt 27 ans, Nathalie est déterminée: «Ma carrière d'abord.» Pour se tailler sa réputation dans le petit monde des avocats d'affaires parisiens, elle enchaîne les semaines de travail à soixante heures. Et consacre le plus clair de son temps libre à bûcher sur ses dossiers. «J'adore mon métier! En m'engageant dans cette voie, je savais ce qui m'attendait. J'assume», assure-t-elle. Vouloir s'investir corps et âme dans son travail, rien de surprenant de la part d'une jeune femme, fraîchement sortie de l'université.

Logique de carrière

«La plupart des hauts diplômés qui débutent sont dans une logique de carrière, constate Gaëtan Flocco, enseignant-chercheur en sociologie du travail au centre Pierre-Naville à Evry (Essonne). Ils ne comptent pas leurs heures, sont prêts à tout sacrifier... Jusqu'au jour où ils ressentent le besoin de réajuster, de reprendre le contrôle.» C'est l'expérience qu'ont vécue Delphine et Pierre, responsables des ressources humaines dans deux grands groupes du CAC 40. «Les premières années, nous étions comme tous les jeunes qui ont fait des études et qui nourrissent un minimum d'ambition: nous nous donnions à fond dans le boulot», se souvient Pierre. Et puis, à l'approche de la trentaine, l'envie de fonder une famille les a soudain titillés. «Si nous avions tenu un raisonnement tactique, nous aurions attendu d'être tous les deux DRH avant de faire un enfant.Mais nous sommes des purs produits de la génération Y. Nous ne tenions absolument pas à laisser nos carrières guider nos vies.»C'est à lire sur LeMonde.fr en cliquant ici.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

« Être manager, c'est être prêt à renoncer à son rôle d’expert »

« Être manager, c'est être prêt à renoncer à son rôle d’expert »

Vous êtes manager confirmé, vous devez exercer un bon leadership, coacher et motiver votre équipe, intégrer un nouveau collaborateur, établir un plan d’action et fixer des objectifs, conduire des entretiens… Véritable « mode...

24/11/2021 |
Méthode FunWork : les consultants imaginaires

Méthode FunWork : les consultants imaginaires

 Tip 25 du manager influent : Engagez-vous, qu’ils disaient !

Tip 25 du manager influent : Engagez-vous, qu’ils disaient !

« L’innovation publique a remplacé le nouveau management public »

« L’innovation publique a remplacé le nouveau management public »

Plus d'articles