Traiter le phosphore dans les petites stations d'épuration

La Rédaction

Sujets relatifs :

Au titre de la Directive cadre sur l'eau, les petites et moyennes stations d'épuration seront contraintes de respecter un rejet maximum de 2 mg/l de phosphate dans les zones sensibles à partir de 2015.

Dans ce contexte, Epur Nature vient de mettre au point un système simple et peu coûteux qui permet d'éviter les procédés « classiques » de floculation-coagulation. D'après la société, ce procédé reste compétitif jusqu'à 2 000 à 3 000 EH.

Il s'agit en fait d'un bassin installé en traitement tertiaire des stations d'épuration. Ce bassin contient environ 1,50 m de roches riches en apatite et conditionnées en billes. L'eau circule verticalement. Une précipitation se produit lors du contact entre les phosphates naturels de l'apatite d'une part, et les phosphates et calcium des effluents d'autre part.

L'intérêt est qu'il n'y a pas de production de boues et l'apatite peut être valorisée en fin de vie en engrais.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

Même le Conseil constitutionnel le dit, les 1607h c’est pour tout le monde. Question d’équité. Mais si, derrière ces grands principes, se cachait davantage de subtilité ? Peut-être pas jusqu’à rouvrir le débat, quoi que…Fin...

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

Plus d'articles