Travail au froid : risques et moyens de prévention

La Rédaction

Sujets relatifs :

Douleurs, TMS, engelure, hypothermie, risque accru d'accident au travail, etc. Travailler dans le froid peut se révéler dangereux pour la santé des salariés, voire mortel. Or, les situations professionnelles les exposant au froid sont nombreuses : travaux en extérieur en période hivernale, mais aussi dans des locaux fermés, etc. Si la loi ne fixe aucune température minimale pour le travail, l'employeur doit veiller à prévenir tout risque lié au froid pour les salariés exposés. À défaut, sa responsabilité civile et pénale peut être engagée.

La première obligation est d'évaluer les risques liés au grand froid et identifiés par unité de travail pour les transcrire dans le document unique (une obligation réglementaire pour  toutes les collectivités).

Concernant les recommandations, le ministère du travail et l'INRS ont réalisé des plaquettes de conseils. Celles-ci portent sur plusieurs aspects.

Pour la conception et l'aménagement des locaux, ceux-ci doivent être chauffés pour maintenir une température convenable (sans qu'un minimum soit légalement fixé) Concernant plus particulièrement les annexes (restauration, repos, vestiaires avec douches), leur température doit être adaptée à leur destination (et pour les douches elles doivent être réglables)

C'est bien entendu pour le travail à l'extérieur que la vigilance s'impose : protections nécessaires, isolations des surfaces métalliques, aides à la manutention pour réduire la charge physique, mise à disposition de boissons chaudes, vêtements adaptés...

Mais au-delà de l'aménagement, l'employeur doit prendre des mesures liées à l'organisation du travail, par exemple :

Pauses plus fréquentes, limitation du temps de travail, limitation du travail intense, acclimation des personnes, planification des activités extérieures en fonction des prévisions météorologiques ...Il convient également de porter une attention particulière aux travailleurs habituellement isolés.

Rappelons enfin que le salarié peut exercer son droit de retrait en cas de situation de danger grave et imminent, sans encourir aucune sanction, ni aucune retenue de salaire !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Créé par la loi Séparatisme du 24 août 2021, un référent laïcité doit être présent dans chaque collectivité territoriale. Ses missions ont été précisées par décret du 23 décembre.La loi confortant le respect des principes de...

18/01/2022 | Ressources humaines
Osez la parité !

Osez la parité !

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Plus d'articles