Un club des ambassadeurs pour l'Allier

La Rédaction

Sujets relatifs :

A l'initiative de son comité d'expansion ( CEEA), l'Allier a lancé il y a quelques jours, le 3 juillet, son Club des ambassadeurs.

La constitution de ce Club, qui s'est donné pour slogan « L'amour du territoire, la passion du développement », se fait sur la base d'un premier cercle d'une trentaine de chefs d'entreprises ou directeurs d'établissements culturels comme le Centre National du Costume de Scène (CNCS) qui accueillait cette première réunion.

Les premières missions confiées aux ambassadeurs sont les suivantes :

Participer à la promotion de l'Allier en diffusant l'image d'un territoire accueillant, dynamique, innovant  au tissu industriel diversifié.

Détecter, à travers leurs réseaux et contacts professionnels, de nouveaux projets d'implantation et en informer aussitôt le CEEA.

Participer à l'accueil d'investisseurs et de prospects en portant témoignage des atouts de l'Allier.

Participer activement à la vie du Club.

Une charte fixe les engagements des ambassadeurs, charge au CEEA de traiter les informations transmises et prospects identifiés par les ambassadeurs « dans les meilleurs délais, et avec une totale confidentialité » selon son Directeur général Nicolas Doulain.

Les ambassadeurs ont à leur disposition un kit de promotion aussi un  site Internet dédié.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles