Un élu refuse de célébrer les mariages homosexuels

La Rédaction

Sujets relatifs :

t il n'est pas le seul : près de 14 500 maires auraient déclaré refuser de le faire. Le maire UMP de Vienne (Isère) Jacques Remiller, opposé au mariage homosexuel, vient d'écrire à François Hollande pour lui rappeler ses propos "sur la liberté de conscience des élus" qu'il a l'intention d'exercer, révèle Le Figaro de lundi.

L'élu a indiqué qu'il "refuse de célébrer les mariages de même sexe et [que] ...

personne dans l'équipe majoritaire ne souhaite le faire", il envisage donc de prendre un arrêté municipal afin que les membres de l'opposition "puissent unir les couples gays".

"Pour moi le mariage, c'est un homme et une femme, même si je reconnais le droit à chacun de vivre comme il l'entend" a ajouté l'édile.

"Au congrès des maires, devant 15.000 maires et adjoints, j'ai entendu le président affirmer qu'il allait laisser le droit à la liberté de conscience aux élus", a ajouté M. Remiller qui précise avoir envoyé une lettre à François Hollande vendredi soir "pour lui demander de respecter sa parole".

Dans le Courrier Picard...

"Il s'est trouvé un élu, hier, pour dire qu'il n'entendait pas présider au mariage d'une femme et d'une femme, d'un homme et d'un homme ; pour dire qu'il n'entendait pas respecter la loi. Embrouillé par les déclarations alambiquées du président Hollande, qui avait évoqué une "liberté de conscience" pour libérer les maires frigides, Jacques Remiller (UMP) a sauté sur ce souvenir pour arguer de ce que le président de la République lui-même avait prévu le cas. Tout ça n'est que de la com' puisque Hollande s'est vite aperçu que sa bévue était constitutionnellement de taille et que Remiller le sait. Ledit Remiller présente l'affaire sous l'angle de l'arrêté municipal qu'il devra prendre pour que les membres de l'opposition de son conseil marient, dès lors que sa majorité suit le maire de Vienne (Isère) dans son refus. Remiller joue fin et personne ne l'a relevé hier. Le maire ne pourra en aucun cas prendre un arrêté disant que l'opposition devra, à sa place, marier les couples homosexuels. Cela lui vaudrait, à coup sûr, une annulation préfectorale et, s'il s'entêtait, de graves ennuis relevant de la justice. En revanche, ce que pourra faire Remiller, c'est donner pour quelques heures ses pouvoirs d'officier d'état-civil à un autre élu. L'affaire est fréquente et se pratique déjà chaque semaine un peu partout en France lorsqu'un couple connaît un élu et prie le maire de déléguer ses pouvoirs le temps du mariage afin que l'élu ami de la famille officie. Cette possibilité relève de la seule volonté du maire. Remiller dit donc déjà qu'il le fera. Courageux, mais pas téméraire."

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles