Un plan pour combattre le gaspillage alimentaire

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le 16 octobre dernier, c'était la journée mondiale de l'alimentation. À cette occasion, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a rappelé que le nombre de personnes souffrant de malnutrition était de 870 millions dans le monde. Et, de plus, ce chiffre a cessé de baisser au cours de cette dernière décennie. Il dépasserait même le milliard et demi de mal nourris si l'on prenait en compte le déficit en éléments essentiels au développement physique et psychologique des enfants. Dans le même temps, la FAO a évalué le poids du gaspillage alimentaire à 30 % des aliments achetés.

Dans ce contexte, alors que les associations dénoncent depuis longtemps que le thème du gaspillage alimentaire a été oublié dans le Grenelle de l'Environnement, Guillaume Carot, le Ministre délégué à l'agroalimentaire vient d'annoncer lors du Sial (Salon international de l'agroalimentaire) que ce thème allait faire l'objet d'un premier plan national de lutte. Son premier objectif est de diviser par deux ce gaspillage d'ici 2015. Il faut à ce sujet noter que c'est exactement l'objectif qui a déjà été voté par le Parlement européen le 19 janvier 2012 !

Le Ministre a ainsi rappelé que « cela représente environ 400 ¤uros de pertes par an pour un foyer de 4 personnes ». En effet, chaque français jette en moyenne chaque année, de 20 à 30 kilos d'aliments : restes de repas, fruits et légumes non consommés et même des aliments encore emballés...

Pour atteindre l'objectif, il a annoncé la signature d'un « pacte national contre le gaspillage alimentaire » pour juin 2013.

Des pistes ont été évoquées : la récupération des invendus par les associations, les ventes promotionnelles différées, l'encouragement de la vente à l'unité, la réduction des volumes emballés et l'échange de bonnes pratiques sur un site (www.gaspillagealimentaire.fr)

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles