Un poisson qui détecte la perturbation endocrinienne

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les chercheurs de l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques) et de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) viennent de mettre au point un test chez le poisson pour repérer la perturbation endocrinienne produite par certains contaminants comme les pesticides, les résidus pharmaceutiques ou certains effluents industriels.

Les chercheurs sont partis du constat que l'étude sur les effets concerne un gène qui s'exprime uniquement au niveau du cerveau, ce qui montre la sensibilité du système nerveux à ces contaminants. Et pour repérer cet effet, ils ont utilisé une protéine fluorescente.

Le test a donc été réalisé sur des embryons de poisson zèbre qui ont la particularité d'être translucides. Une fois exposé aux contaminants, leur cerveau devient fluorescent.

En complément des dispositifs de mesures « in vitro », le test permet d'observer le devenir de ces polluants dans l'organisme et il pourrait être utilisé pour la surveillance des milieux aquatiques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Créé par la loi Séparatisme du 24 août 2021, un référent laïcité doit être présent dans chaque collectivité territoriale. Ses missions ont été précisées par décret du 23 décembre.La loi confortant le respect des principes de...

18/01/2022 | Ressources humaines
Osez la parité !

Osez la parité !

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Plus d'articles