Un poisson qui détecte la perturbation endocrinienne

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les chercheurs de l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques) et de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) viennent de mettre au point un test chez le poisson pour repérer la perturbation endocrinienne produite par certains contaminants comme les pesticides, les résidus pharmaceutiques ou certains effluents industriels.

Les chercheurs sont partis du constat que l'étude sur les effets concerne un gène qui s'exprime uniquement au niveau du cerveau, ce qui montre la sensibilité du système nerveux à ces contaminants. Et pour repérer cet effet, ils ont utilisé une protéine fluorescente.

Le test a donc été réalisé sur des embryons de poisson zèbre qui ont la particularité d'être translucides. Une fois exposé aux contaminants, leur cerveau devient fluorescent.

En complément des dispositifs de mesures « in vitro », le test permet d'observer le devenir de ces polluants dans l'organisme et il pourrait être utilisé pour la surveillance des milieux aquatiques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles