Un précis sur le développement économique

Julien Damon

Sujets relatifs :

, ,
Un précis sur le développement économique

nounours_enfant_pauvreté

© lassedesignen

François Bourguignon, ancien économiste en chef puis vice-président de la Banque mondiale, est l’un des plus éminents connaisseurs des sujets de développement et de lutte contre la pauvreté. Dans sa leçon inaugurale, en tant que professeur invité, au Collège de France, il revient sur le savoir accumulé en ces matières.

Dans son bilan contrasté et mitigé du dernier demi-siècle, François Bourguignon rappelle d’abord que, en proportion de la population mondiale, la pauvreté a certes diminué, mais qu’en nombre absolu de personnes pauvres, ce n’est que sur les toutes dernières années qu’elle a commencé de régresser. Et dans les deux cas, le progrès tient avant tout aux performances exceptionnelles de la Chine. Est-ce à dire que le développement relève du mystère et de l’effort vain ? Pas du tout, des éléments théoriques et empiriques solides constituent désormais un savoir solide, validé avec le temps.

Trois phases distinctes

Bourguignon se penche en premier lieu sur la période qui va de 1960 à 1982, alors que s’étendent des politiques volontaristes de développement. Le mot-clé est alors celui de planification. Dans la plupart des pays en développement, les politiques visent l’augmentation de la productivité agricole et l’industrialisation, dans une visée de « substitution d’importation ».

EXTRAIT
« Manifestement, la quête d’une recette universelle assurant le décollage économique n’a pas abouti. »

À partir de 1982, et de la faillite mexicaine, une grande crise de la dette (déjà !) frappe les pays, en particulier les plus fragiles. Sous la double égide du FMI et de la Banque mondiale, c’est un programme dit « d’ajustement structurel » qui est mis en œuvre. Les recettes sont drastiques, contenues dans ce qui sera plus tard baptisé « consensus de Washington » : libéralisation, privatisation, dérégulation. Cette période, débutant par une crise en Amérique latine et terminant par la crise de 1997 des champions asiatiques, aboutit à un scepticisme grandissant quant à l’existence d’une recette plus ou moins universelle conduisant au développement.

La prospérité des années 2000 ouvre une nouvelle focale de l’économie du développement. Cette troisième période est celle de l’intérêt macroéconomique pour les institutions (et leur qualité) et de l’intérêt microéconomique pour les expérimentations. Celles-ci consistent en montages et en évaluations scientifiques d’interventions et de réformes destinées à améliorer l’efficacité des politiques de lutte contre la pauvreté.

EXTRAIT
« Au-delà de l’opposition paradigmatique entre deux courants, ‘tout marché’ et ‘tout État’, qui a marqué le débat sur le développement économique durant les années 1980 et une bonne partie des années 1990, le fait essentiel est celui de la variabilité et de la diversité. »

Des savoirs accumulés

Bourguignon le martèle : il y a toujours plus d’un milliard de personnes qui vivent dans le plus grand dénuement, avec moins de un euro par individu et par jour. Et si on prend des seuils de pauvreté plus relatifs, alors la proportion de pauvres continue d’augmenter. On ne saurait donc se satisfaire de la situation. Il le reconnaît : on ne dispose pas aujourd’hui de la recette permettant de faire décoller les économies les moins développées et d’y résorber rapidement la pauvreté.

EXTRAIT
« Les flux migratoires Nord-Sud semblent s’être légèrement accélérés, mais avec une augmentation moyenne du stock de migrants de moins de 2 millions de personnes par an, ils restent extrêmement faibles par rapport à un potentiel considérable. »

Mais on ne doit pas pour autant sous-estimer l’accumulation de connaissances dans ce domaine. L’expert estime même qu’un véritable capital de savoir et d’expériences peut être mis en œuvre. À partir du moment où la volonté politique – tant nationale qu’internationale – de réduire effectivement la pauvreté existe. Au-delà de la politique, le sujet est également démographique, avec une Afrique subsaharienne rassemblant de nombreux États « fragiles » assez orphelins de l’aide, qui concentrera toujours plus les difficultés et les nécessités.

François Bourguignon, Pauvreté et développement dans un monde globalisé, Paris, Fayard, 2015, 79 pages, 10,20 euros.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Plus que quelques mois pour apliquer les 1607 heurs effectives. L'État affiche sa fermeté, les collectivités cherchent des solutions… ou des échappatoires.Avec une date butoir fixée au 1er janvier prochain pour le « retour »...

22/10/2021 | Statut
Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Plus d'articles