Un premier plan national contre le gaspillage alimentaire

La Rédaction

Sujets relatifs :

L'annonce avait été faite fin 2012. Le Ministre délégué à l'agroalimentaire, guillaume Garot a dévoilé le 14 juin dernier le premier plan national contre le gaspillage alimentaire. Cette première est à souligner car ce thème faisait partie des grands oubliés du Grenelle. L'objectif est de diviser par deux d'ici 2025 ce gaspillage en cohérence avec la résolution votée par le Parlement européen le 19 janvier dernier.

Ce plan (qui est aussi un pacte) national rappelle que le gaspillage alimentaire, c'est « toute nourriture destinée à l'alimentation humaine, qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ». Cela concerne donc toute la chaine depuis l'industriel agroalimentaire jusqu'au ménage en passant par les grossistes, les détaillants et la restauration. En moyenne, chaque français (individuellement) jette 20 à 30 kilos d'aliments comestibles par an (dont 7 kg encore emballés !).

Les deux tiers de ce gaspillage sont composés de fruits et légumes. Et cela dépasse la France ! Un tiers de la nourriture produite dans le monde ne serait pas consommé ! Le représentant de la FAO a ainsi indiqué que la totalité des alimentas gâchés dans le monde (1,3 milliard de tonnes pour 750 milliards d'¤uros) devrait suffire pour alimenter les près de 900 millions d'affamés.

C'est pour cette raison que la nouvelle journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire sera fixée au 16 octobre. Elle est aussi la journée mondiale de l'alimentation soutenue par l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Toujours dans le volet sensibilisation, des formations seront organisées dans les lycées agricoles et dans les écoles hôtelières à la rentrée.

Le don alimentaire est actuellement limité par la législation sanitaire. Les règles portant sur les transferts de propriété et de responsabilité vont être éclaircies. Pour mettre en relation donateurs et acquéreurs, le site eqosphere.com va être expérimenté pendant un an.

Désormais, un volet gaspillage alimentaire sera intégré au plan national de prévention des déchets !

Côté entreprises, celles soumises au reporting RSE (responsabilité sociale et environnementale) devront communiquer les mesures qu'elles prennent en ce domaine mais sans obligation de faire connaître leur production de déchets.

Une mesure réclamée depuis longtemps : la DLUO (date limite d'utilisation optimale que les consommateurs assimilent à une date maximum de consommation) sera remplacée par « à consommer de préférence avant le... ». La mesure prend effet début 2015.

À l'occasion de la signature de ce pacte par tous les représentants des acteurs (producteurs, industries, grande distribution, restauration collective, collectivités, associations de consommateurs et d'aide alimentaire), les grands noms de la filière ont pris des engagements pour sensibiliser tous les acteurs et à mettre en place des systèmes de récupération des invendus.

Une évaluation annuelle des progrès sera réalisée par le comité de pilotage, à l'origine de ce pacte.

Et tout le monde est concerné !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles