Un refus de réintégration après disponibilité doit-il être motivé par l'intérêt du service ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

 Pour refuser une réintégration après disponibilité à l'une des deux premières vacances, l'administration doit justifier son refus par un motif tiré de l'intérêt du service.

 Un agent de maîtrise d'une commune avait été placé en disponibilité pour une durée de 2 ans à compter du 1° juillet 1994 afin de créer une entreprise. Saisi d'une demande de réintégration de l'agent, le maire avait maintenu l'intéressé en disponibilité faute d'emploi vacant.

Le tribunal administratif avait condamné la commune à verser à l'agent une somme de
53 309 ¤ en réparation des préjudices que l'intéressé avait subis du fait de son maintien illégal en disponibilité.

La juridiction d'appel a rappelé qu'à l'issue d'une disponibilité (de moins de 3 ans) qui n'est ni d'office, ni de droit, un fonctionnaire territorial n'a de droit à réintégration qu'à l'une des trois premières vacances dans la collectivité et non dès la première vacance.

La CAA a toutefois considéré que la collectivité doit justifier son refus de réintégration sur les deux premières vacances par un motif tiré de l'intérêt du service.

Au cas d'espèce, la CAA a estimé que la commune ne faisait valoir aucun réel motif tiré de l'intérêt du service justifiant son refus de réintégrer l'agent et a confirmé la condamnation pécuniaire de la commune.

(CAA Douai - 23 juin 2011 - n° 10 DA 01432).

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : On veut des fonctionnaires !

Éditorial : On veut des fonctionnaires !

Notre service public s’effondre et nous le regardons mourir. Pour notre capacité à faire société comme à affronter les risques à venir, il nous faut réagir.Voilà maintenant un quart de siècle que la fonction publique souffre en...

29/09/2022 |
Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Interview

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Plus d'articles