Un suicide reconnu maladie professionnelle : vers un précédent ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le tribunal des affaires sociales de Tours a conclu que le suicide d'un technicien de la centrale nucléaire de Chinon, exploitée par EDF, était bien la conséquence d'une dépression liée au travail. Il devrait donc être pris en charge comme décès lié à une maladie professionnellepar la Caisse d'assurance maladie. Dominique Peutevynck avait mis fin à ses jours en 2004, à l'âge de 49 ans, et se plaignait d'une surcharge de travail et de stress. Entre 2005 et 2007, ce sont trois autres salariés de la centrale qui se sont suicidés. Le Medef redoute que cette décision crée un précédent. Une crainte qui pourrait pousser EDF à faire appel du jugement, selon Libération.

Lire la suite

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : On veut des fonctionnaires !

Éditorial : On veut des fonctionnaires !

Notre service public s’effondre et nous le regardons mourir. Pour notre capacité à faire société comme à affronter les risques à venir, il nous faut réagir.Voilà maintenant un quart de siècle que la fonction publique souffre en...

29/09/2022 |
Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Plus d'articles